/lifestyle/columnists
Navigation

La vie pas simple d’une famille recomposée

Coup d'oeil sur cet article

Je suis souvent étonnée de lire les récits de vie des familles recomposées qu’on nous présente toujours du point de vue des nouvelles conjointes qui se plaignent invariablement de la façon dont les enfants du conjoint les traitent. Je peux vous assurer que le mal est loin de toujours venir des enfants. Mon frère et moi sommes les enfants d’un homme incapable de vivre sans femme après sa séparation d’avec notre mère. La première qui s’est présentée a fait l’affaire, même si on savait qu’elle n’était pas faite pour lui.

Elle a tout fait pour nous dresser. On a résisté ! C’est certain qu’on lui a fait la vie dure, mais elle nous a rendu la pareille. Et notre père qui la voyait dans sa soupe tellement il l’aimait, a laissé la situation s’envenimer jusqu’à ce qu’on décide de ne plus le visiter chez lui.

Nos rencontres à trois se faisaient au restaurant, ainsi qu’au cinéma, au spectacle ou à une démonstration sportive, deux samedis par mois. Ce fut la seule concession qu’on lui a faite et il a tenu le coup jusqu’à notre majorité. Pas une seconde il n’a songé que peut-être il aurait pu forcer sa blonde à mieux nous considérer.

Ce qui fait qu’aujourd’hui, alors qu’on a nous-mêmes nos familles, il ne nous voit que quelques fois par année quand il vient manger chez moi ou chez mon frère, invariablement seul. Il est toujours avec la même blonde et refuse systématiquement qu’on parle d’elle en son absence. N’est-ce pas là un beau cas de belle-mère têtue (ils sont ensemble depuis 25 ans) au détriment des enfants de son chum ?

Anonyme

C’est étonnant comme en vous lisant j’ai la vague impression que la chimie n’a jamais passé entre cette femme et vous deux, mais que la responsabilité de la mauvaise entente qui en a découlé, soit d’une certaine manière équitablement partagée entre elle et vous. En tout cas ça me semble clair en qui concerne les deux adultes que vous êtes devenus et qui refusent toujours de voir leur père accompagné. Comme vous vous êtes trompés sur l’évaluation de la durabilité possible de ce couple. Ne pourrait-il pas en être pareil en ce qui concerne le regard que vous jetez sur cette personne ? Cela mériterait un examen de conscience.