/auto/opinion
Navigation

L’abandon de nos voitures serait-il forcé?

L’abandon de nos voitures serait-il forcé?
stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

D’ici quelques mois, de nombreux concessionnaires Chevrolet devront user de stratégie pour séduire une partie de leur clientèle. Et pour cause, la disparition de plusieurs modèles à succès comme la Volt et la Cruze.

Bien sûr, je n’évoque pas ici des modèles comme l’Impala et la Buick Lacrosse, qui ne trouvaient plus preneur, mais bien des modèles qui attiraient une clientèle bien précise. Celle qui n’achètera ni Spark, ni Malibu, mais peut-être quelques Equinox...

 

À LIRE AUSSI: Les 10 VUS les moins chers en 2019

À LIRE AUSSI: Les 10 modèles les plus vendus au Québec en 2018

 

Dans les quatre premiers mois de l’année, la Cruze s’est écoulée à près de 10 000 unités au pays. Même chose qu’en 2018 et qu’en 2017, alors qu’on écoulait un total d’environ 27 000 copies annuellement. Et chez nos voisins du sud, presque six fois plus. Autour de 145 000 Cruze vendues annuellement, soit environ le même nombre que la Malibu qui, chez nous, ne trouve pas preneur.

Comme je l’écrivais la semaine dernière, Chevrolet évoque pour son futur une gamme comportant pas moins de sept VUS, alors que l’avenir de modèles comme la Spark et la Malibu est incertain. Or, est-ce que la clientèle est tellement assoiffée de VUS ou est-ce plutôt le manufacturier qui tente de nous dicter quoi acheter? Est-ce que la disparition prochaine de l’automobile traditionnelle, telle que nous l’avons connue, est due aux changements de mœurs des automobilistes, ou plutôt aux désirs des manufacturiers de nous vendre des véhicules plus onéreux?

Chose certaine, Chevrolet n’est pas la seule marque à prendre cette avenue. Nous savons que FCA a aussi abandonné le segment des voitures compactes et intermédiaires, en éliminant par exemple la Dodge Dart et la Chrysler 200.

 

Même chose du côté de Ford, qui a volontairement abandonné la plupart de ses voitures pour ne se concentrer que sur les VUS. Demandez également aux concessionnaires Mitsubishi s’ils sont heureux de la disparition de la Lancer. Ce modèle connaissait un certain succès, année après année, et il est clair que les nouvelles stratégies du constructeur qui propose à fort prix leur nouveau VUS Eclipse Cross ne portent pas fruit.

Cela nous amène d’ailleurs à réaliser que dans cette flambée de nouveaux VUS qui débarquent sur le marché, certains peuvent être considérés comme des échecs. L’Eclipse Cross de Mitsubishi est un bel exemple, tout comme le nouveau Ford EcoSport, des véhicules qui tentent de succéder à l’abandon de voitures compactes.

 

Dans un marché en plein changement, on peut donc croire que celui des VUS finira par être saturé. Inutile de revenir sur ce qu’est une définition claire d’un VUS, puisqu’on considère aujourd’hui le Hyundai Kona comme tel, alors qu’une Ford Taurus pourtant plus haute, plus large et plus spacieuse, est catégorisée comme une voiture.

Cela dit, ce n’est à mon sens qu’une question de temps avant que la clientèle réponde à l’appel des manufacturiers qui ne souhaitent se concentrer que sur des véhicules plus gros et plus luxueux. Et parce que tout n’est qu’une question de mode, les VUS deviendront à leur tour d’un désintérêt quasi total. Après tout, dites-vous que si vous ne souhaitez pas conduire la fourgonnette dans laquelle vos parents vous ont élevés, il en sera de même pour vos enfants, qui lèveront le nez sur votre CR-V ou votre Explorer.

 

Et l’électrique dans tout ça?

Inutile de vous dire que depuis l’adoption d’une subvention fédérale sur les véhicules zéro émission, les ventes de voitures électriques ont grimpé en flèche. Une soudaine demande pour la fourgonnette Pacifica hybride démontre à quel point les constructeurs automobiles sont à la merci des gouvernements, qui stimulent le marché à leur façon. Attendez-vous ainsi à une montée fulgurante des ventes de voitures électriques comme la Nissan Leaf, la Chevrolet Bolt et la Kia Soul EV.

 

Cela dit, certains concessionnaires québécois pleureront malgré tout la mort de leur compacte. Et parions que ceux qui en proposent toujours, surtout du côté des marques nipponnes, profiteront de la situation. Parce qu’en dépit du tournant auquel nous assistons depuis quelques années, la voiture compacte a toujours sa place. Pourvu que celle-ci évolue. Et si je devais parier sur deux succès garantis pour 2020, j’évoquerais la Mazda3 à rouage intégral et la nouvelle Corolla en version hybride. À suivre...

 

 

Brèves

 

 

 

Le Guide de l'auto, c'est la référence #1 en matière d'automobile au Québec depuis plus de 50 ans.

Pour tout savoir sur le monde de l'automobile, rendez-vous sur notre site web.

Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Instagram et Twitter

Pour ne rien manquer des dernières nouvelles, vous pouvez aussi vous abonner à notre infolettre.