/sports/hockey
Navigation

Les Blues n’y croient pas encore

Les Blues n’y croient pas encore
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le parcours des Blues de St. Louis est tellement hors du commun que certains des nouveaux champions de l’Association de l’Ouest avaient de la difficulté à croire qu’ils allaient participer à la finale de la Coupe Stanley même après avoir éliminé les Sharks de San Jose en six parties.

«On dirait que je ne comprends pas encore ce qui nous arrive, a affirmé Vladimir Tarasenko, auteur du deuxième but des siens mardi, au quotidien "St. Louis Post-Dispatch". C’est un grand accomplissement pour nous. Toutefois, ce n’est pas encore fini. Je suis fier de l’équipe, mais nous avons encore un adversaire à battre. Je ne mentirai pas, ça semble incroyable.»

Les Blues sont en effet partis de loin, eux qui traînaient au dernier rang du classement général de la Ligue nationale de hockey (LNH) au début du mois de janvier.

«J’ai toujours cru que c’était possible, mais c’est extraordinaire d’avoir une chance de gagner la coupe Stanley considérant les défis auxquels nous avons fait face», a dit Ryan O’Reilly, acquis des Sabres de Buffalo en juillet dernier.

«C’est ce à quoi tu rêves quand tu es enfant, a ajouté celui qui a amassé trois mentions d’aide dans la victoire de mardi. Je suis tellement excité même si je sais que ce sera difficile. Il nous reste beaucoup de travail à faire.»

Oublier l’injustice

Remonter au classement n’a pas été le seul exploit des Blues en 2019. Les joueurs sont aussi restés concentrés même après avoir perdu le match numéro trois de la finale de l’Ouest en prolongation à cause d’un but qui aurait dû être refusé. Sur la séquence, Timo Meier avait fait une passe avec la main avant qu’Erik Karlsson ne marque.

«Tout aurait pu arriver, mais je crois que notre équipe ne voulait pas utiliser cet événement comme excuse, a expliqué l’entraîneur-chef Craig Berube. Nous avons oublié cela et nous savions que nous devions mieux jouer.»

Performance improbable

Autre particularité de l’aventure des Blues: l’arrivée en scène de Jordan Binnington.

Le gardien de 25 ans a fait ses débuts dans la LNH le 16 décembre dernier. En 32 matchs de saison régulière, il a livré une impressionnante fiche de 24-5-1 en plus de maintenir une moyenne de but alloué de 1,89 et un taux d’efficacité de ,927.

Lors des trois derniers duels contre les Sharks, il n’a concédé que deux buts.

Le principal intéressé est le premier surpris par ses débuts fracassants.

«Je n’aurais pas parié là-dessus, a-t-il reconnu. Ç’a été une très bonne année jusqu’ici. Je veux seulement faire mon travail et apprécier le moment.»

Les Blues disputeront le premier match de la finale de la Coupe Stanley lundi prochain au domicile des Bruins de Boston.

La formation de St. Louis, qui n’a jamais gagné le précieux trophée, avait été balayée par les Bruins à sa dernière participation à la grande finale, en 1970.