/misc
Navigation

Montréal honore toujours le génocidaire Amherst

Baron Amherst of Montreal
Photo Wikipedia Baron Amherst of Montreal

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs lecteurs de mon blogue précédent sur la colonne Nelson évoquaient le cas de la rue Amherst que Denis Coderre, avant de perdre la mairie, voulait avec raison débaptiser. L’administration Valérie Plante a aussi annoncé son intention de renommer la rue. Mais pour l’instant, Montréal honore toujours la mémoire de Jefferey Amherst.  

Premier gouverneur général du Canada et Commandant en chef des troupes britanniques en Amérique du Nord en 1760, le général Jefferey Amherst voue une haine maladive aux Autochtones alliés des Français. Par vengeance, il les oblige à payer les biens et services de première nécessité, qu’ils recevaient gratuitement des Français. Il leur restreint aussi la fourniture de poudre dont les Indiens de l’ancienne alliance française dépendent pour assurer leur subsistance : ils ne maîtrisent plus les anciennes techniques de chasse, telle la fabrication des pointes de flèches. Plusieurs tribus sont aux bords de la famine.    

L’attitude arrogante et implacable d’Amherst finit par provoquer un soulèvement indigène avec à sa tête le grand chef Pontiac, un allié de longue date de la France. La rébellion mise sur la reprise des hostilités entre l’Angleterre et la France qui contrôle toujours la Louisiane et le pays des Illinois. Le traité de Paris de 1763 mettra fin aux hostilités. La rébellion indigène se poursuit. De jeunes Canadiens français de Détroit participent au soulèvement ; ils seront les derniers Canadiens à combattre les Anglais en Amérique du Nord durant la guerre de Sept Ans. Pas moins de dix tribus sont sur le sentier de la guerre à travers tout le Midwest américain.    

Les guerriers de Pontiac assiègent plusieurs établissements anglais. La situation est désespérée à Fort Pitts, l’ancien Fort Duquesne et futur Pittsburgh, où la variole sévit. Le célèbre historien américain Francis Parkman a été le premier, dans son ouvrage de 1886 sur la conspiration de Pontiac, à publier une lettre d’Amherst où il se demande si la variole pouvait être répandue parmi les Indiens. Un avocat américain spécialisé en droit autochtone, Peter d’Errico, professeur à l’Université de Pennsylvanie, note que les lettres échangées entre Amherst et ses subalternes « are filled with comments that indicate a genocidal intent. »      

Les preuves indéniables qu’Amherst a autorisé l’opération de guerre biologique contre les Indiens ont été découvertes dans sa correspondance. Dans une lettre à son commandant en chef, le 13 juillet 1763, le colonel Henry Bouquet propose la distribution de couvertures contaminées par la variole. Amherst lui écrit le 16 juillet 1763, qu’il approuve son plan. « ...all your Directions will be observed. », répond, le colonel.    

La garnison de Fort Pitts va faire en sorte que des couvertures contaminées par des malades infectés de variole tombent entre les mains des Indiens Delaware, Shawnee et Mingo qui assiègent le fort. On estime que l’épidémie de variole fait des dizaines de milliers de victimes autochtones. Elle se propagera même parmi des tribus du Sud-Est qui n’avaient pas participé au soulèvement.    

L’utilisation par les Anglais de couvertures infectées par la variole contre des Indiens constitue, selon l’historien militaire Robert O’Connell, une première dans les annales de la guerre biologique. Il écrit dans son étude Of Arms and Men que ce fut la première fois que l’utilisateur d’une arme biologique exploitait délibérément sa connaissance de la faiblesse immunitaire de l’adversaire : les Britanniques connaissaient les effets immédiats et dévastateurs qu’avait la variole sur les indigènes nord-américains.    

À sa mort en 1797, Jeffrey Amherst, porte le titre de Field-Marshall Baron Amherst of Montreal. C’est lui en effet qui a reçu ici la capitulation de la Nouvelle-France en 1760. En donnant son nom à une rue de l’est de la ville, les Anglos tenaient à l’incruster dans la mémoire des vaincus qui habitaient les quartiers environnants.    

On devrait être fier qu’une de nos rues ait porté pendant plus d’un siècle (et porte encore) le nom d’un personnage aussi digne d’admiration, ne pensez-vous pas ?