/entertainment/stage
Navigation

Une comédie rafraîchissante!

Rémi-Pierre Paquin, Raymond Bouchard
Photo courtoisie, François Delagrave Rémi-Pierre Paquin et Raymond Bouchard dans Le Schpountz, à l’affiche jusqu’au 8 juin.

Coup d'oeil sur cet article

Le théâtre du Rideau Vert clôture sa saison théâtrale par une comédie rafraîchissante où l’idée de se permettre de rêver est bien présente. Son côté léger et divertissant laisse à l’esprit des spectateurs une empreinte de cocasserie qui n’est pas sans rappeler que l’été est à nos portes.

La pièce Le Schpountz nous transporte avec humour dans les coulisses du cinéma où les quiproquos sont bien présents.

C’est Emmanuel Reichenbach qui signe l’adaptation québécoise. Celle-ci est très bien ficelée, si bien que l’on oublie qu’il s’agit d’une pièce tirée du film français de Marcel Pagnol sortit en 1938. On se sent chez nous dans un univers bien contemporain. De surcroît, le texte déborde d’anecdotes qui reflètent bien le milieu artistique et celui du cinéma qui se dissimule derrière les caméras.

Voir grand

Le Schpountz, c’est Théo Désilet, interprété avec brio par Rémi-Pierre Paquin. Théo est un grand rêveur. Malgré son bagage artistique bien mince, il rêve de devenir un grand acteur au cinéma. Même s’il n’a jamais mis les pieds à Montréal, ni à Hollywood, sa persévérance, sa naïveté et son assurance en font un être drôle et excessif, habité par un brin de folie.

Par un coup de chance, une équipe de tournage débarquera dans son patelin. C’est l’occasion rêvée pour Théo d’aller se présenter et démontrer tout son talent d’acteur...

De belles performances

Outre la superbe performance de Rémi- Pierre Paquin, qui en plus d’être crédible dans son jeu, est très attachant sur scène, mentionnons celle de Raymond Bouchard qui incarne magnifiquement bien l’oncle de Théo, qui lui sert de père adoptif. S’ajoute le jeu sans fausse note de Linda Sorgini qui interprète avec aplomb la patronne de la maison de production.

Même si Théo connaîtra le désenchantement et au passage une leçon d’humilité, la pièce se termine sur une belle note. À voir pour passer un bon moment !