/investigations
Navigation

Une jolie blonde était l’émissaire d’El Chapo

Une jolie blonde était l’émissaire d’El Chapo
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Le puissant cartel de Sinaloa a eu comme émissaire au Québec une jeune femme de Saint-Eustache, qui a longtemps fréquenté l’un des principaux associés du baron de la drogue mexicain El Chapo Guzman.

C’est ce que révèlent des documents confidentiels consultés par notre Bureau d’enquête. 

• À LIRE AUSSI: Au moins 200 membres de cartels en liberté au Québec

«À un moment donné, nos filatures ont démontré que plusieurs narcotrafiquants de Montréal rencontraient une femme avec un corps de mannequin, raconte un policier à la retraite, témoin des efforts pour l’identifier. On s’est rendu compte que tout le monde lui faisait confiance.» 

En mai 2012, la jeune Québécoise aux cheveux platine, dont on ne peut révéler l’identité parce qu’elle n’a toujours pas été accusée, a été observée en discussion avec deux importateurs de drogue dans un restaurant. 

Une jolie blonde était l’émissaire d’El Chapo
Photo courtoisie

À cette époque, elle n’était nulle autre que la conjointe d’Alex Cifuentes, l’un des bras droits de Joaquín Archivaldo Guzmán Loera, mieux connu sous le nom de El Chapo. «On était estomaqués», raconte l’ex-policier. 

Puis, en novembre 2013, Cifuentes a été arrêté par la Drug Enforcement Administration, à Miami, dans une vaste affaire d’importation de cocaïne. Dernièrement, il a d’ailleurs témoigné contre son ancien patron El Chapo lors de son procès à New York. 

Une vie de fou

«Quand El Chapo était en cavale après ses évasions, elle allait le rencontrer avec Alex dans les montagnes de Sinaloa, assure une amie de la jeune femme, avec qui notre Bureau d’enquête s’est entretenu. Elle prenait un vol vers Mexico City, pis ensuite, un jet privé. Je te dis, sa vie est hallucinante.» 

«Cette fille-là a un sang-froid incroyable, ajoute-t-elle. À chaque passage aux douanes, elle se faisait fouiller. Les Américains lui ont même demandé d’enregistrer sa voix. Probablement pour l’identifier sur des écoutes électroniques.» 

Selon les connaissances de la jeune femme, qui aurait refait sa vie au Mexique, «elle avait toujours quelques millions de cachés en ville». Cet argent lui permettait entre autres de fréquenter les bars les plus branchés de Montréal. 

 

Aves Jean Pascal et Subban

Elle y a été prise en photo à de nombreuses reprises avec plusieurs personnalités connues, dont l’ex-défenseur du Canadien P.K. Subban et le boxeur Jean Pascal. 

Elle et Jean Pascal ont d’ailleurs vécu une idylle qui aurait duré plusieurs mois. Elle a été vue avec l’ex-champion du monde lors de différentes filatures policières. Rien n’indique toutefois que Jean Pascal était visé par une enquête policière, contrairement à son amoureuse. 

«Je trouve ça un peu loufoque et je crois que les policiers pèsent sur le crayon pas mal trop», commente pour sa part M. Pascal. 

La jeune femme n’a jamais été arrêtée ni accusée d’aucun acte criminel, car les policiers ont préféré s’attaquer à ses clients plutôt qu’à elle-même. 

À découvrir... le balado Narcos PQ

À travers des entrevues exclusives avec de vrais narcotrafiquants, Narcos PQ esquisse un portrait inédit de cette industrie criminelle. Barons, mules et producteurs nous racontent leurs troublantes histoires et font état de la situation du Québec comme plaque tournante de stupéfiants.