/misc
Navigation

Des patrons destructeurs

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques semaines, l’une de mes amies a démissionné de son emploi, qui était pourtant bien payé, rempli de défis, à la hauteur de sa formation de troisième cycle universitaire. La raison du départ : dépression en vue. Chaque fois que sa patronne commentait son travail, c’était pour lui faire part de ses insatisfactions. Lorsque la lettre de démission lui a été remise, ladite patronne a mentionné être attristée de perdre « une si bonne employée ». Vivement la cohérence! Et vous, votre patron, comment est-il?   

Ça fait un petit bout de temps que je veux écrire sur ce sujet des « boss » incompétents, voire destructeurs. J’ai travaillé pour un seul d’entre eux, mais ça a démoli momentanément ma confiance en moi. Quand vous les croisez sur votre route professionnelle, ces patrons sont de véritables dangers publics.    

Le magazine L’actualité vient de sortir un excellent numéro qui aborde justement cet enjeu fondamental, mais rarement discuté sur la place publique : les mauvais patrons. Comme quoi, c’est peut-être dans l’air du temps. Quelque chose comme une « écoeurantite » de travailler pour certains « chefs » qui ont autant de compétences en relations sociales qu’un carcajou féroce et prédateur.    

Des horreurs sur les employés   

Dans cette existence passée d’employée, j’ai entendu mon ex-patron arrogant et prétentieux dire des horreurs sur son personnel lors de réunions avec des cadres intermédiaires. Commenter l’apparence physique de l’une, mettre en exergue les erreurs de l’autre, préciser qu’il avait en main tellement de CV qu’il pourrait remplacer tous ses employés sans difficulté. La gestion par la peur.    

J’aime à penser qu’un patron aussi pervers est tout de même une exception. Mais les mauvaises notes accordées aux patrons ne semblent toutefois pas l’être.   

Des patrons coulent leur évaluation   

Le sondage SOM réalisé pour le dossier de L’actualité présente certains résultats inquiétants. Tout près de 40 % des Québécois ont déjà quitté un emploi en raison d’une mauvaise relation avec leur « boss ».    

27 % n’ont pas remis leur démission, mais y ont songé.    

Si les patrons d’organisations devaient être évalués par leur personnel, un paquet d’entre eux n’obtiendraient pas la note de passage!   

Les attentes des employés  

Les salariés ne demandent pourtant pas la mer à boire. Ils souhaitent principalement obtenir de la reconnaissance, maintenir un équilibre entre la vie personnelle et le travail, ainsi qu’avoir un sentiment d’appartenance envers l’entreprise.    

Voilà leurs principales attentes selon la dernière publication « Global Talents Trends » du cabinet en ressources humaines Mercer, citée par le magazine.     

Et pour répondre à ces attentes, il faut que la directive et l’exemple viennent du « big boss ». Dans toute cette réflexion sur les patrons, j’ai beaucoup d’empathie pour des cadres intermédiaires, des chefs d’équipe eux-mêmes coincés dans une culture d’entreprise qu’ils appliquent et dont ils sont parfois eux-mêmes victimes.     

Pénuries et Y   

Certains milieux de travail connaissent d’importantes pénuries d’employés.    

Combinez à cela les jeunes de la génération Y, qui sont allergiques aux patrons autoritaires.   

Avec ces deux ingrédients, nous avons peut-être la recette gagnante qui forcera les employeurs à se remettre en question et à améliorer leurs aptitudes à être de bons leaders?    

Sans personnel, aussi déterminé soit-il, le patron ne pourra être que le patron de lui-même...