/finance/news
Navigation

Est-il possible d’envisager une vie libre d’hypothèque?

VI_BOB_RE04_MWC
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Ayant initialement souscrit à une hypothèque amortie sur 25 ans, Hughes et Florence n’ont pris que 15 ans à rembourser ce prêt, et ce, sur une base volontaire.

Aujourd’hui, libérés de cette obligation financière, ils concentrent une part plus importante de leurs revenus à épargner en vue de la retraite. S’agit-il d’une bonne stratégie ?

Réduire les dépenses

La préoccupation première de Hughes et Florence était d’atteindre une certaine forme de liberté financière. Cela signifiait pour eux de réduire le stress d’avoir à payer tous les mois leur hypothèque et de pouvoir consacrer une plus grande part de leur budget à des projets qui leur tiennent à cœur.

Mais pour pouvoir allouer une part plus importante de leur budget à leur hypothèque, ils ont dû couper ailleurs. Le couple, qui gagne un revenu au-dessus de la moyenne, a fait des choix économiques, tels que de ne posséder qu’une seule voiture (usagée), de limiter les sorties au restaurant, de cuisiner autant que possible au lieu d’acheter tout préparé, etc.

Opter pour le meilleur rendement

N’auraient-ils pas mieux fait d’étirer au maximum leur hypothèque afin d’investir leurs revenus là où le rendement est supérieur, par exemple à la Bourse ? Si leur hypothèque est sujette à un taux d’intérêt de 3,5 %, et qu’ils peuvent obtenir 6 % de gain sur les marchés boursiers, le choix semble facile à faire, non ?

En fait, ce n’est pas aussi simple. À moins qu’ils aient investi leur argent dans un compte enregistré, tel un CELI, Hugues et Florence auraient été imposés sur les rendements, ce qui vient gruger une part considérable des rendements anticipés. Aussi, tout dépend de leur profil d’investisseur : supportent-ils bien le risque de voir leur portefeuille d’actions chuter soudainement ? Ou préfèrent-ils opter pour des certificats de placement garanti ? Dans le deuxième cas, ils perdront moins d’argent à rembourser rapidement leur hypothèque.

Que faire une fois libre d’hypothèque ?

Si vous faites comme Hughes et Florence, vous pouvez continuer d’investir une bonne part de vos revenus. Pour maximiser le tout, vous pouvez utiliser l’équité de votre maison pour investir en immobilier. Par exemple, en achetant un immeuble à revenus, votre mise de fonds, qui équivaudra à seulement une fraction du coût d’achat, vous fera bénéficier de 100 % des rendements de l’immeuble que vous aurez acquis.


♦ Ghislain Larochelle est un professionnel inscrit à l’Ordre des ingénieurs du Québec ainsi qu’à l’OACIQ.

 

Conseils

  • Moins les rendements de vos investissements sont élevés, plus il devient pertinent de rembourser votre hypothèque.
  • Si vous hésitez entre accélérer vos paiements hypothécaires ou investir vos surplus sur les marchés financiers, comparez le taux d’intérêt de votre hypothèque avec le rendement net de vos placements, une fois les impôts comptés dans la balance.
  • Pour rembourser plus rapidement, vous pouvez accélérer la fréquence de vos versements (aux deux semaines plutôt qu’une fois par mois), ou simplement verser un montant supplémentaire, selon les modalités prévues à votre contrat.