/news/currentevents
Navigation

Fillette de Granby: le couple comparaît, toujours pas de nouvelles accusations

Coup d'oeil sur cet article

 Aucune nouvelle accusation ne sera déposée aujourd’hui contre le couple de Granby soupçonné d’avoir causé la mort d’une fillette de 7 ans, puisque le rapport d’autopsie n’est toujours pas prêt.  

• À lire aussi - La grand-mère veut la garde du petit frère de la fillette de Granby

 «Nous demeurons dans l’attente de retours d’expertises», a déclaré le porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Jean-Pascal Boucher.  

 Le couple de Granby doit à nouveau comparaître ce matin. Il s’agit d’une formalité afin de fixer une prochaine date d’audience. La présence des deux accusés n’est d’ailleurs pas requise.  

 Pour le moment, le père de la fillette, un homme âgé de 30 ans, est accusé de séquestration. Sa conjointe de 35 ans est pour sa part accusée de voies de fait graves, ainsi que de séquestration.  

 Une ordonnance de non-publication interdit à quiconque, dans le cadre des procédures judiciaires, de nommer la petite décédée ou tout élément qui permettrait de l’identifier. Aussi ne peut-on nommer les deux accusés.  

 Mais si le dossier ne progresse pas aujourd’hui, cela ne signifie pas que la Couronne renonce à déposer de nouvelles accusations. La petite étant morte à la fin avril, après l’arrestation du couple, des accusations d’homicide pourraient être déposées.  

 «Les procureurs du DPCP poursuivent leur collaboration avec les enquêteurs de la Sûreté du Québec dans cette affaire», a rappelé Me Boucher.  

 Ligotée et bâillonnée  

 Rappelons que cette triste affaire a ému tout le Québec. La petite fille de 7 ans a été retrouvée dans un état pitoyable. Elle aurait été ligotée et bâillonnée avec du ruban adhésif pendant de longues heures, enfermée dans sa chambre.  

 Les autorités ont tout fait pour la sauver, mais elle a finalement succombé à ses blessures. Il a ensuite été révélé que la conjointe du père avait déjà plaidé coupable, un an plus tôt, d’avoir battu la petite, mais la femme avait obtenu l’absolution.  

 Cette histoire a valu à la DPJ une pluie de critiques. Le directeur de la DPJ au CIUSS de l’Estrie, Alain Trudel, a même été relevé de ses fonctions, avec salaire.  

 Plusieurs enquêtes sont d’ailleurs en cours dans cette affaire.  

 Des centaines de personnes ont assisté aux funérailles de la petite, il y a deux semaines.