/sports/hockey
Navigation

Le choc de deux équipes jumelles

Les Bruins et les Blues présentent plusieurs similitudes

L’entraîneur-chef des Bruins, Bruce Cassidy.
Photo d'archives, AFP L’entraîneur-chef des Bruins, Bruce Cassidy.

Coup d'oeil sur cet article

Son équipe étant en congé depuis le 16 mai, l’entraîneur-chef des Bruins, Bruce Cassidy, a eu amplement le temps d’analyser ses prochains adversaires. Sa conclusion : les Blues sont le miroir de l’équipe bostonienne.

« C’est un peu notre équipe jumelle. Leur échec avant est similaire au nôtre et ils utilisent leurs quatre trios. De plus, les deux gardiens connaissent d’excellents moments », a déclaré Cassidy, mercredi.

Une comparaison qui tient pleinement la route. À commencer par le premier joueur de centre de chacune des équipes.

Patrice Bergeron
Photo d'archives, AFP
Patrice Bergeron

La réputation de Patrice Bergeron n’est plus à faire. Son efficacité dans le cercle des mises en jeu et sa capacité d’accumuler des points tout en neutralisant l’adversaire lui ont permis de graver son nom sur le trophée Selke quatre fois au cours des sept dernières saisons. Et il est cette saison en nomination pour ce prix pour la huitième fois de suite.

En face de lui, Ryan O’Reilly, dont le mandat chez les Blues est identique. Ses 77 points, dont 28 buts, et son pourcentage d’efficacité de 56,9 % dans le cercle des mises en jeu n’ont rien à envier aux 79 points, dont 32 buts, et au taux de succès de 56,6 % de Bergeron.

Il est également l’un des candidats au titre du meilleur attaquant défensif.

Attaque diversifiée

Le parcours pour atteindre la finale étant ardu, il faut absolument miser sur la contribution de tous les effectifs pour s’approcher du but ultime. Tant les Bruins que les Blues ont affiché une belle profondeur au cours du dernier mois.

Oui, le trio composé de Bergeron (8 buts), Brad Marchand (7 buts) et David Pastrnak (7 buts) a été dominant en marquant 22 des 57 buts (38,6 %) de son équipe. Toutefois, 19 joueurs ont touché la cible chez les Bruins.

Vladimir Tarasenko
Photo d'archives, USA Today Sports
Vladimir Tarasenko

Les Blues ne sont pas en reste avec 18 porte-couleurs comptant au moins un but. Cependant, alors qu’on attendait Vladimir Tarasenko, qui a pris son envol seulement en finale d’association, c’est Jaden Schwartz qui a fait preuve d’une surprenante régularité.

L’attaquant de 26 ans a marqué 12 buts en 19 matchs depuis le début des séries, ce qui est un de plus que les 11 qu’il avait inscrits en 69 rencontres cette saison.

L’apport des défenseurs des Blues n’est pas à négliger. Avec 13 points, Alex Pietrangelo détient maintenant le record d’équipe. Il a surpassé la marque que détenait Joe Micheletti depuis le printemps de 1981 ; record qu’il partageait avec Jeff Brown et Al MacInnis.

Colton Parayko, avec 11 points, le suit de près.

La recrue contre le vétéran

Jordan Binnington
Photo d'archives, AFP
Jordan Binnington

Devant le filet, on risque d’avoir droit à tout un duel. Jordan Binnington, que même la guerre atomique ne rendrait pas nerveux, a poursuivi le travail amorcé en saison régulière. Il est devenu le cinquième gardien recrue de l’histoire, le premier en 32 ans, à signer les 12 premières victoires de son équipe en séries éliminatoires.

Tuukka Rask
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin
Tuukka Rask

Néanmoins, le défi reste de taille face à Tuukka Rask, qui a profité de ce tournoi pour faire taire ses détracteurs et dissiper tous les doutes à son sujet. Le Finlandais domine ses pairs avec une moyenne de buts alloués microscopique de 1,84 et un impressionnant taux d’efficacité de ,942.

D’ailleurs, parmi tous les gardiens ayant remporté au moins 12 victoires en séries, Rask se classe au troisième rang dans cette dernière colonne derrière le taux de ,946 de Jonathan Quick en 2012 et celui de ,945 de Jean-Sébastien Giguère en 2003.

Les deux avaient remporté le trophée Conn-Smythe.

Loin du cachot

Avec une moyenne de 6 min 18 s de punition par rencontre depuis le début des séries, les joueurs des Blues sont ceux qui ont visité le moins souvent le banc des pénalités. Et c’est très bien ainsi puisque l’attaque massive des Bruins est dévastatrice. Les Hurricanes de la Caroline peuvent en témoigner.

Les Bruins ont profité de 17 de leurs 50 occasions (34 %) lors des trois premiers tours. En ne tenant compte que des quatre matchs face à la Caroline, le pourcentage de réussite atteint les 46,7 % (7 en 15).

Vaut mieux rester loin du cachot pour la troupe de Craig Berube.

Entraîneurs ayant soulevé la coupe après être arrivés en poste en cours de saison

Dick Irvin Maple Leafs 1932
Al MacNeil Canadien 1971
Larry Robinson Devils 2000
Dan Bylsma Penguins 2009
Darryl Sutter Kings 2012
Mike Sullivan Penguins 2016

Gardiens recrues ayant signé les 12 premières victoires de leur équipe en séries

Ron Hextall Flyers 15 1987
Patrick Roy Canadien 15 1986
Jordan Binnington Blues 12 2019
Mike Vernon Flames 12 1986
Ken Dryden Canadien 12 1971
Patrick Roy
Photo d'archives, Getty Images
Patrick Roy