/sports/soccer/impact
Navigation

Los Angeles FC: machine offensive redoutable

Coup d'oeil sur cet article

Le Los Angeles FC n’en est qu’à sa seconde saison et il marche sur les traces de l’Atlanta United FC, qui a remporté la Coupe MLS en décembre dernier pour conclure sa seconde saison.

Cette machine bien huilée est bâtie pour marquer des buts, comme en témoignent ces 32 filets en 14 matchs, un sommet dans la MLS.

Mais ça ne s’arrête pas là. Les hommes en noir et or sont ceux qui ont décoché le plus de tirs avec 268 en plus d’être ceux à en cadrer le plus (90).

Bref, le bloc défensif de l’Impact et Evan Bush en auront plein les bras. Ce n’est donc pas le meilleur match pour être privé de Samuel Piette.

Pas d’expérience

En l’absence de Piette, qui est l’un des meilleurs milieux défensifs de la MLS, Rémi Garde va devoir trouver une façon efficace de le remplacer.

Le vétéran ougandais Micheal Azira pourrait obtenir le départ même si Garde a d’autres belles options en Shamit Shome et Ken Krolicki.

Shome, qui est très intelligent, semble être une solution intéressante, d’autant plus qu’il gagne du galon depuis le début de la saison.

Toutefois, Garde ne semble pas tellement enclin à prendre des risques même s’il s’agit d’un match contre un adversaire de l’Association de l’Ouest, donc un rival qui n’est pas direct.

« Je ne suis pas sûr que ce match-là soit propice aux expériences. »

Gare à vela

On disait plus tôt que le LAFC est une machine à buts, mais la véritable machine, c’est Carlos Vela.

L’attaquant mexicain de 30 ans est le meilleur marqueur de la MLS avec 14 buts en autant de rencontres, soit un de moins que l’Impact. La saison est encore jeune, mais il a déjà une option sur le Soulier d’or, en plus de prétendre au record de 31 buts en une saison établi par Josef Martinez, d’Atlanta, la saison dernière.

Mais Vela n’en reste pas là. Il est également le meilleur passeur de la MLS avec sept passes décisives, sur un pied d’égalité avec Nicolas Lodeira, des Sounders de Seattle.

Ignacio Piatti, qui connaît un peu Vela, aimerait bien lui remettre la monnaie de sa pièce. Lors d’une visite au stade Saputo l’an passé, l’Impact avait pris une avance de 3 à 1 pour s’effondrer en seconde demie et s’incliner 5 à 3.

« L’an passé, c’était notre premier match à la maison. On a gagné la première mi-temps et on s’est retrouvé avec un homme en moins et on a perdu la deuxième mi-temps », s’est rappelé l’Argentin.

Sur le même sujet