/news/politics
Navigation

Maxime Bernier accuse les médias de déformer ses propos

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Maxime Bernier met ses partisans en garde contre les médias traditionnels, qu'il accuse de déformer ses propos, et les invite à privilégier le journalisme citoyen.

• À lire aussi: Tir groupé contre le débat sur l’avortement de Bernier

«De plus en plus de fausses nouvelles sont publiées chaque semaine sur le Parti populaire», écrit le député de la Beauce dans un courriel envoyé à ses sympathisants.

Le chef du Parti populaire du Canada a fait les manchettes cette semaine pour avoir dit qu’il n’empêcherait pas un député de sa nouvelle formation politique de déposer un projet de loi restreignant le droit à l’avortement.

Cette déclaration a fait planer le doute sur sa propre position sur la question.

«Les journalistes déforment mon message», clame-t-il dans une missive envoyée aujourd'hui.

M. Bernier accuse en outre les professionnels de l’information de tenter d'établir un lien entre le Parti populaire du Canada et des extrémistes.

Parmi les candidats de son équipe aux prochaines élections fédérales d’octobre se trouve l’ex-syndicaliste Ken Pereira. L’ancien témoin-vedette de la commission Charbonneau serait un adepte des théories du complot et de sites de fausses nouvelles, ont souligné plusieurs médias après avoir parcouru les publications de M. Pereira sur les réseaux sociaux.

Pour contrer la «propagande» des médias traditionnels et les «pseudo-controverses sur [des] candidats», M. Bernier invite ses partisans à se tourner vers le journalisme citoyen.

«Ami(e), si vous ne le faites pas déjà, il est important que vous nous aidiez à diffuser notre message sur Twitter, Facebook, YouTube et d’autres plateformes», écrit-il.

«Plus nous aurons de journalistes citoyens, plus grand sera notre impact», conclut M. Bernier.