/lifestyle/food
Navigation

Profession: apicultrice!

0524-RoutedesSaveurs
Photo courtoisie Stéphanie Fréchette, propriétaire de la miellerie Abelha et Aristée.

Coup d'oeil sur cet article

Si plusieurs personnes hésitent à faire le grand saut, Stéphanie Fréchette, elle, l’a fait lorsqu’elle a quitté son emploi d’enseignante en art au secondaire pour vivre de sa passion : l’apiculture.

« J’avais un poste depuis près de 15 ans. On dit à nos élèves de suivre leurs passions, eh bien, je me suis écoutée moi-même. J’ai pris une sabbatique de deux ans et, au moment de retourner, j’ai décidé de démissionner officiellement », explique la femme d’affaires dont la miellerie Abelha et Aristée compte maintenant près d’une cinquantaine de ruches.

MYTHOLOGIE GRECQUE

Bien que le choix du nom surprend et vaut quelques points au Scrabble, rien n’est pourtant laissé au hasard. Abelha signifie abeille en latin alors que Aristée est le nom d’un Dieu grec associé à l’apiculture.

« La mythologie grecque a un lien très fort avec l’art et, de par mon passé, c’était pour moi une évidence que mon entreprise y serait liée. »

Pour les consommateurs, le miel est identique. Pourtant, à chaque saison, son miel. Le miel de printemps est reconnu pour être pâle et doré. Il est fait à partir de pommier sauvage, de trèfle et de pissenlit. Celui d’automne est plus ambré et contient entre autres des notes d’aster et de sarrasin.

Comme les ruches de l’entreprise sont situées dans un champ de sarrasin, Stéphanie Fréchette propose le miel Fleurs de sarrasin. Le miel est alors beaucoup plus corsé et ses arômes rappellent ceux de la mélasse et du café.

APITHÉRAPIE

Tout le monde le sait : le miel a des vertus médicinales. Pas surprenant qu’il fut longtemps utilisé comme remède.

La femme d’affaires en a profité pour commercialiser des vaporisateurs, des pots aromiel à l’huile essentielle d’eucalyptus et même du caviar de fleurs (du pollen).

À chaque produit, son utilisation. Une gamme de cosmétiques est également en chantier.

Et pour l’avenir ? Peut-être que la mignonne Raphaëlle, la fille de la proprio, voudra prendre un jour la relève de sa mère ?!

« Trop tôt pour le dire, mais une chose est certaine : elle va régulièrement dans la boutique et ouvre les petits pots de dégustation pour goûter les différents miels », exprime Mme Fréchette en riant.

C’est bien plus qu’un contrôle de qualité. La vraie goûteuse et amoureuse du miel, du haut de ses huit ans, c’est assurément Raphaëlle.

Comme qui dirait : l’abeille ne butine jamais bien loin de sa ruche...


► Sur le web : abelhaetaristee.ca