/news/society
Navigation

Sauvegarde d’un bâtiment patrimonial: la Ville de Pointe-Claire poursuivie par des citoyens

Sauvegarde d’un bâtiment patrimonial: la Ville de Pointe-Claire poursuivie par des citoyens
Photo Collaboration spéciale, Roxane Trudel

Coup d'oeil sur cet article

POINTE-CLAIRE – Des citoyens ont entamé une poursuite contre la Ville de Pointe-Claire afin de bloquer la démolition imminente d’un bâtiment plus que centenaire qui serait remplacé par un projet de construction commercial et résidentiel.

«La perte du bâtiment [...] serait littéralement irréparable», déplorent quelque 365 signataires d’un avis d’opposition qui veulent sauver l’immeuble «Le Pionnier», qui doit être prochainement détruit.

Construit en 1880, l’édifice «d’intérêt patrimonial», selon la Ville, abritait à l’origine l’Hôtel Pointe-Claire. Il a été reconstruit en 1901 à la suite d’un incendie qui avait ravagé une trentaine de maisons ainsi que l’hôtel de ville et le bureau de poste, selon le site internet de Pointe-Claire.

Le Coeur de Pointe-Claire et la Société pour la sauvegarde du patrimoine de Pointe-Claire ont réclamé une suspension temporaire de la démolition du Pionnier, en attendant qu’une décision finale soit rendue dans le dossier, puisque la procédure est «irréversible», peut-on lire dans la poursuite.

De son côté, la compagnie de développement immobilier Koebra, qui est aussi poursuivie dans cette affaire, prévoit remplacer l’ancien hôtel par un bâtiment de trois étages comportant des locaux commerciaux et résidentiels.

Complications

La démolition du Pionnier avait pourtant déjà été autorisée il y a près d’un an par la Ville, avant d'être retardée à cause de complications administratives.

En fait, la promesse d’achat incluait comme condition l’obtention des permis de démolition et de construction, ce qui porte à croire que la Ville connaissait d'emblée les risques de la vente de sa propriété.

Intérêt patrimonial

Le rapport d’une architecte mandatée par la compagnie Koebra déclarait notamment que le bâtiment avait «perdu son caractère patrimonial» en raison de son état actuel.

Or, cette conclusion a été contestée par Martin Dubois, architecte et consultant en patrimoine, qui souhaite de son côté voir l’immeuble être restauré pour lui rendre «toute la splendeur [qu’il avait] autour des années 1920», lit-on dans le dossier de cour.

«Ce n’est pas parce que de mauvaises interventions ont été réalisées à une certaine époque et que le bâtiment a un aspect négatif que ça lui enlève tout intérêt. [...] Discréditer l’immeuble seulement [parce] qu’il a depuis longtemps perdu ses attributs d’origine n’est pas recevable», a-t-il soutenu dans une lettre destinée au maire de Pointe-Claire, John Belvedere, afin de le faire changer d’avis «avant qu’il ne soit trop tard».

L’audience pour la sauvegarde du bâtiment devrait être entendue en cour au début juin.