/sports/racing
Navigation

Grand Prix de Monaco: tolérance zéro!

Coup d'oeil sur cet article

C’est une épreuve que tous les pilotes rêvent de gagner, mais c’est aussi un tracé qui défie toutes les normes de sécurité imposées par la F1.

Mais le Grand Prix de Monaco est un incontournable pour la F1. L’une des rares escales du championnat qui, depuis 1955, a été disputée sans interruption.

Que serait la F1 sans Monaco ? C’est comme imaginer ce que serait la F1 sans Ferrari. C’est aussi l’un des seuls endroits, pour ne pas dire le seul, où le talent d’un pilote peut avoir préséance sur la qualité de la voiture.

Six en six pour Mercedes ?

Pas étonnant de constater que le recordman de victoires dans les rues de la Principauté est un certain Ayrton Senna avec six.

Ça ne veut toutefois pas dire que le formidable début de saison de l’écurie Mercedes, marqué par cinq doublés consécutifs en cinq courses – du jamais-vu en F1 – s’arrêtera à Monaco dimanche.

Les Flèches d’Argent ont gagné cette épreuve mythique de 2013 à 2016, dont Nico Rosberg trois années de suite, avant de voir Sebastian Vettel (Ferrari) et Daniel Ricciardo (Red Bull) se sauver avec les grands honneurs en 2017 et 2018 respectivement.

L’importance des qualifications

Monaco, c’est connu, est un endroit dépourvu d’échappatoires, où les dépassements sont à peu près impossibles à réaliser tellement les murs sont intolérants.

À cet égard, la séance de qualifications est d’une importance capitale pour les 20 engagés du plateau.

Limité à quatre points depuis le début de la saison, Lance Stroll devra redoubler d’ardeur pour s’offrir un bon résultat à Monaco, lui qui a a été limité à un rôle de figuration en deux participations : abandon en 2017 et une décevante 17e place, à deux tours du vainqueur, l’an dernier.

Le Québécois, brouillon en qualifications cette saison, est conscient qu’à bord de sa Racing Point, il devra tout donner samedi. Quitte à prendre des risques.

« Doubler un adversaire est pratiquement impossible à Monaco, a raconté le pilote québécois. C’est un endroit unique, exigeant physiquement, et surtout mentalement. Toute erreur peut être coûteuse. C’est pour cette raison que la séance de qualifications prend toute sa signification », a-t-il souligné.


►Pour honorer la mémoire de Niki Lauda, mort lundi, l’écurie Mercedes arborera le message Danke Niki (Merci Niki en allemand) sur ses deux monoplaces. Le triple champion du monde autrichien a remporté le GP de Monaco à deux reprises (1975 et 1976) à bord d’une Ferrari.

Grand Prix de Monaco

6e étape du Championnat du monde de F1