/sports/hockey
Navigation

Un espoir des Flyers en admiration devant Vigneault

SPO-STORM-GUELPH
Photo Agence QMI, John Morris Isaac Ratcliffe et le Storm feront face à l’élimination pour la huitième fois depuis le début des séries éliminatoires, vendredi soir. L’importance du match ne semble pas ébranler le capitaine, lequel était tout sourire lors de l’entraînement de jeudi.

Coup d'oeil sur cet article

HALIFAX | Le capitaine du Storm, Isaac Ratcliffe, n’était même pas au monde quand Alain Vigneault a fait ses débuts à la barre du Canadien en 1997-1998. Voilà que le gros ailier appartenant aux Flyers espère évoluer avant longtemps sous les ordres de l’entraîneur québécois à Philadelphie.

Après avoir été bombardé de questions au sujet de la demi-finale contre les Huskies, le choix de deuxième tour des Flyers en 2017 a esquivé un sourire lorsqu’on lui a parlé du nouveau pilote de l’équipe de la « ville de l’amour fraternel ». Vigneault en sera à sa quatrième expérience aux commandes d’une formation de la LNH. Son riche curriculum vitae n’est pas étranger à Ratcliffe.

« Je n’ai pas encore eu la chance de lui parler. Je sais qu’il est occupé au Championnat du monde [avec Équipe Canada]. Je suis sa carrière depuis un long moment. Il est sous les projecteurs depuis longtemps. Il a dirigé avec Hockey Canada ainsi qu’avec plusieurs équipes dans la LNH. C’est un entraîneur de grande qualité. Il sait ce qu’il fait derrière le banc. Les Flyers sont entre de bonnes mains, a-t-il commencé par dire.

« Je sais ce qu’il a accompli, j’ai vu son visage à la télévision, dans les médias, bref, partout. Il connaît le jeu et il est également proche de ses joueurs. Je sais que les joueurs des Flyers sont excités d’évoluer sous ses ordres et j’espère avoir la chance d’être dirigé par lui bientôt. »

Joueur imposant

À 6 pi, 6 po et 204 lb, Ratcliffe, qui partage le même trio que son bon ami Nick Suzuki semble taillé sur mesure pour endosser l’uniforme orange, noir et blanc. Comment évalue-t-il son tournoi jusqu’à maintenant ?

« Dans les deux premiers matchs, j’ai senti que je me suis seulement trempé l’orteil, a imagé l’auteur d’un but et de trois aides. Je me suis plus impliqué dans le troisième match. Je dois être meilleur défensivement. Ce n’est pas évident de commencer un tel tournoi où l’intensité est à son sommet, après une semaine de congé. »

Scénario connu

Le match de vendredi soir aura des airs de déjà-vu pour les joueurs du Storm qui feront face à l’élimination pour une huitième fois ce printemps – quatre fois dans leur série contre London et trois fois en finale d’association contre Saginaw.

« Je crois que tous les joueurs élèvent leur jeu d’un cran dans ces moments cruciaux, a expliqué l’espoir du Canadien, Nick Suzuki. Dans mon cas, je vais tenter de prendre ça comme un match régulier. Ce sera excitant de jouer pour gagner notre place en finale. »