/news/currentevents
Navigation

Une dame menait des jeunes à un pédophile

La Montréalaise a reconnu sa culpabilité, jeudi

Coup d'oeil sur cet article

 Une résidente du quartier Hochelaga à Montréal qui attirait chez elle des enfants de son voisinage pour les livrer en pâture à un pédophile a plaidé coupable à une kyrielle d’accusations, jeudi.  

 « Elle encourageait les enfants à les visiter, malgré qu’elle sache le risque que représentait [l’homme] pour les jeunes visiteurs », a déploré la procureure Amélie Rivard, alors que l’accusée Caroline Curadeau admettait ses gestes, jeudi au palais de justice de Montréal.   

La femme de 40 ans avait déménagé en juin 2017 dans un appartement du secteur Hochelaga. Grâce entre autres à son chien, elle n’a pas eu de mal à attirer des jeunes dans les griffes d’un pédophile.    

« Les enfants pouvaient passer la nuit là, avec le consentement des autres parents », a expliqué la procureure, tout en expliquant que les trois victimes, des garçons entre six et neuf ans, recevaient des bonbons avant de rentrer chez eux.   

Sauf que ce que les parents ignoraient, c’est que Curadeau et le pédophile agressaient sexuellement des enfants sous leur garde, en les forçant à participer à des actes sexuels.   

« [Une des victimes] a également vu, à plusieurs reprises, des vidéos à caractère pédopornographique, est-il indiqué dans l’exposé des faits de la cause. L’accusée a facilité [les crimes] en invitant et en prenant à sa charge les enfants. C’est elle et [l’homme] qui s’offraient pour les garder jour et nuit. »    

Pendant un an  

Le manège de Curadeau a réussi à s’étirer sur plus d’un an, jusqu’à ce qu’un des garçons en parle à son père.   

Entre-temps, Curadeau avait eu vent de rumeurs à son sujet et elle avait pris la poudre d’escampette. Elle a finalement été arrêtée à Trois-Rivières et est depuis détenue.     

 ♦ Caroline Curadeau, qui a plaidé coupable entre autres de contacts sexuels et d’incitation à des contacts sexuels, reviendra à la cour en septembre pour les plaidoiries sur la peine.