/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Ludivine Reding: ça va trop loin

Coup d'oeil sur cet article

Je vous le dis clairement : je trouve totalement exagérée la controverse autour de Ludivine Reding !

Pour une simple erreur de jugement (s’être fait prendre en photo avec un rappeur au passé douteux), la jeune actrice doit démissionner... d’un organisme communautaire et se fait traiter de tous les noms ? Sérieusement ? La punition est complètement disproportionnée par rapport à la faute !

LE PRIX À PAYER

Je n’en reviens tout simplement pas... Ludivine Reding se fait jeter comme un vieux Kleenex par Enfants-Retour, alors qu’elle s’est confondue en excuses pour s’être fait prendre en photo avec Enima, un rappeur controversé.

J’ai plusieurs questions pour ceux qui lancent la première pierre à Ludivine Reding...

Si le rappeur Enima est un être infréquentable, pourquoi donc a-t-il été invité au festival Metro Metro ?

Olivier Primeau ne savait pas qu’Enima chantait Ma nouvelle pute fait 10 000 $ tous les huit soirs ou J’ai vendu vingt cinq livres de weed avant de vendre un disque, J’veux pas être dans les reportages j’suis dans l’illicite ?

Si Enima est l’ennemi public numéro un, pourquoi les donneurs de leçons ne critiquent pas les centaines de fans qui étaient devant la scène au festival Metro Metro ?

Ou les 29 000 personnes qui ont visionné l’extrait du spectacle diffusé sur le compte Instagram d’Enima ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

(Des fans qui ont d’ailleurs adoré sa prestation, si on se fie à leurs commentaires éloquents : « C’était insane, ta kill metro metro. »)

Est-ce que le fait que Ludivine Reding a incarné Fanny dans la série Fugueuse signifie qu’elle doit dorénavant repérer tous les Damien potentiels qui vivent au Québec ?

Si le simple fait de jouer un rôle à la télé fait de vous un porte-parole infaillible, est-ce que ça veut dire que Gildor Roy doit faire une vérification des antécédents criminels de tous ceux qui veulent un selfie avec le commandant Chiasson du District 31 ?

Pourquoi, si c’est un gars qui est soupçonné d’avoir fait quelque chose de croche, c’est la fille qui subit la punition ?

Autrement dit, pourquoi, si c’est un gars qui a déjà été accusé de proxénétisme, c’est la fille qui se fait photographier avec lui qui est pointée du doigt ?

Pourquoi des dizaines d’artistes qui ont fait des pas de travers (alcool au volant, exhibitionnisme dans un parc, etc.) ont eu droit à la proverbiale « deuxième chance », mais qu’une actrice qui n’a posé aucun geste criminel se fait éviscérer au premier faux pas ?

Pourquoi on dénonce l’intimidation à l’école, mais on se déchaîne à 10 000 contre une jeune actrice qui a été trop vite sur le party ?

DEUXIÈME CHANCE

J’ai écrit souvent dans Le Journal que je pensais que la présomption d’innocence est de plus en plus souvent bafouée au Québec. Mais là, ça va encore plus loin. On accuse, juge et condamne une jeune femme... par association !

Est-ce que vous pensez sérieusement qu’en 2019, alors que tout le monde se fait photographier à tout bout de champ, on peut demander aux vedettes qu’on aime de « googler » le nom de tous ceux qui demandent un selfie ?