/sports/tennis
Navigation

Félix Auger-Aliassime: l’impasse sur Roland-Garros?

Félix Auger-Aliassime: l’impasse sur Roland-Garros?
Oscar Gonzalez/WENN.com

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | Félix Auger-Aliassime n’a pas été en mesure de mettre la main sur son premier titre de l’ATP, s’inclinant en deux manches de 6-4 et 6-3 face au Français Benoît Paire en finale de l’Omnium de Lyon. Mais, c’était plutôt son état de santé qui inquiétait après la rencontre.  

• À lire aussi: Roland-Garros: Denis Shapovalov, sans attente

Aux prises avec une blessure aux adducteurs, qui l’avait également incommodé en demi-finale face à Nikoloz Basilashvili, Auger-Aliassime a semblé diminué tout au long du match.  

Après le duel, le Québécois a mentionné avoir songé à abandonner le match final, mais il a préféré continuer afin de ne pas ruiner la victoire de son adversaire. Il a ajouté s’offrir une période de réflexion avant de décider s’il participerait au Grand Chelem de Roland-Garros, qui se met officiellement en branle aujourd’hui à Paris.  

Deux jours pour décider  

«C’est une déception. J’étais un peu diminué physiquement aux adducteurs depuis mon match d’hier [vendredi] en demi-finale. Ce matin, j’étais encore positif. Mais la douleur a augmenté. C’est devenu très difficile après le premier set. J’ai songé à arrêter. Mais c’est difficile. Tu es en finale, tu ne veux pas que Benoît gagne comme ça. Je vais voir pour Roland-Garros. J’ai deux jours pour me décider.»  

S’il est en mesure de jouer, Auger-Aliassime affrontera Jordan Thompson mardi lors de son premier match du tournoi. Rappelons qu’il s’agit de la première fois de sa jeune carrière qu’il y fait son entrée par le tableau principal.  

«J’ai connu une bonne semaine même si elle ne s’est pas terminée comme je l’aurais souhaité. Je n’ai pas joué de la façon dont j’aurais voulu en finale et je n’étais pas bien physiquement. Il y a de la déception parce que ces occasions de jouer en finale ne viennent pas tous les jours, mais il y a beaucoup de positif à en retirer. J’espère me donner des chances de gagner d’autres titres dans l’avenir», a-t-il aussi mentionné.  

Populaire   

L’absence du Québécois serait sans aucun doute une grosse perte pour Roland-Garros. Installé à Monte-Carlo depuis quelques mois, et francophone de surcroît, Auger-Aliassime est en train de devenir la coqueluche chez nos cousins français.  

Si le quotidien L’Équipe lui avait consacré un long reportage il y a quelques semaines en le nommant le Kylian Mbappé du tennis, voilà qu’hier le magazine français Le Figaro publiait un autre long portrait titré: «Félix Auger-Aliassime, la nouvelle attraction de Roland-Garros.»  

Même que le chauffeur de taxi qui a conduit le représentant du Journal de l’aéroport vers l’hôtel, hier, a rapidement fait le lien lorsqu’il a su que l’auteur de ces lignes était Canadien et qu’il venait couvrir le tournoi de Roland-Garros.  

«Vous êtes ici pour le grand bûcheron! Il doit faire au moins deux mètres et il performe bien!», s’est-il exclamé, sans se souvenir du nom d’Auger-Aliassime.  

Pour la petite histoire, Auger-Aliassime mesure en fait 1,93 m! On n’était pas si loin du compte, après tout.