/opinion/columnists
Navigation

La nature est un jeu de Lego

Coup d'oeil sur cet article

Je suis tombé sur cette dépêche en surfant sur le site de TVA Nouvelles.

« Des parents obtiennent le droit d’utiliser le sperme de leur fils mort. »

Peter Zhu, un militaire de 21 ans, a perdu la vie dans un accident de ski.

Trois jours après son décès, ses parents ont obtenu un ordre de la cour afin que le personnel de l’hôpital où il est décédé fasse un prélèvement de sperme sur son cadavre, afin que la mère de Peter réalise « le rêve posthume de son fils d’avoir des enfants et de perpétuer la lignée familiale ».

Les bébés popsicle

« Napoléon dans son cercueil était bandé comme un chevreuil », chantions-nous quand nous étions enfants.

Maintenant, non seulement peux-tu avoir des érections jusqu’à 105 ans grâce à une petite pilule bleue, mais tu peux donner la vie après ta mort.

« J’aimerais ça avoir un troisième petit-fils. Roger, tu peux aller dans le sous-sol et dégeler un peu de sperme de Peter ? Je pense qu’il en reste encore, entre la vodka et la crème glacée... »

Et qui va porter l’enfant du défunt ?

Bof, n’importe qui. Sa mère, sa sœur ou une Ukrainienne pauvre dont on aura loué le ventre pour neuf mois (comme on peut louer le vagin d’une femme pour une demi-heure).

Tout ça en attendant les incubateurs qu’on pourra un jour acheter chez Costco.

On parle beaucoup de consentement, ces temps-ci.

Tu ne peux pas embrasser une fille sans lui demander la permission, mais tu peux prélever le sperme des couilles d’un cadavre raide comme une barre pour « perpétuer la lignée familiale ».

« À ma mort, je donne mes reins, mes yeux et mon sperme afin que l’humanité puisse continuer de profiter de mon génie à travers ma descendance... »

On pourrait peut-être faire comme Jurassic Park : au lieu d’avoir des dinosaures, on aurait le fils de Churchill et la fille de Mozart...

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Fabrique ton identité

On vit une époque formidable.

Des fraises 12 mois par année, des melons carrés (qui se rangent tellement mieux dans le frigo), des tomates contenant des gènes de poisson pour mieux résister au froid, des hommes qui se transforment en femme (pour, dans certains cas, se retransformer en homme quand monsieur devenu madame s’ennuie de ses privilèges perdus)...

Prochaine étape : le changement de race.

Pour les Blancs qui se sentent Noirs à l’intérieur. Ou les Noirs qui sont convaincus d’être Chinois.

Avant, l’être humain était prisonnier de la nature.

Aujourd’hui, il prend sa revanche.

La vie est un jeu de Lego qu’on peut utiliser à notre guise.

Bientôt, aux Olympiques, il y aura des épreuves pour hommes, des épreuves pour femmes et des épreuves pour des... êtres indéterminés qui échappent à toutes les catégories biologiques traditionnelles.

Super poulet !

Dans quelques années, les éleveurs de volailles vendront des poulets à huit cuisses.

Vous imaginez les économies d’échelles ?

Au lieu de tuer quatre poulets pour avoir huit cuisses, juste besoin d’en tuer un. C’est moins cruel.

Question aux écolos : vous qui aimez tant la nature, que pensez-vous de toutes ces expériences visant à affranchir l’homme de la nature ? De SA nature ?