/news/politics
Navigation

Legault veut une CAQ «verte», mais «pragmatique»

Coup d'oeil sur cet article

 Préférant adopter une approche «pragmatique» en environnement, le chef caquiste, François Legault, prévient qu’il n’a pas l’intention de se transformer en «bonhomme vert», même s’il accueille l’activiste Dominic Champagne à son conseil général. 

 À l’entrée de cette rencontre partisane de la CAQ, qui se déroule à Montréal ce week-end, les organisateurs tentent de marquer le coup: des bacs de recyclage ont été déposés çà et là, une affiche fait valoir qu’il s’agit d’un événement «carboneutre»... 

  • Écoutez le commentaire de Rémi Nadeau, chef du bureau parlementaire au Journal de Montréal et au Journal de Québec, à Dutrizac de 6 à 9:

 À son arrivée, le premier ministre n’a pas tardé à donner le ton à ce rassemblement militant qui incarne en quelque sorte le «virage vert» de la CAQ. 

 «Je ne ferai pas la transformation de M. Couillard en petit bonhomme vert, ne vous inquiétez pas», a-t-il lancé, sourire en coin, devant les journalistes. 

 «Je suis content de voir tous les gens participer, incluant Dominic Champagne, a dit M. Legault, et je suis très ouvert à écouter les contributions des groupes de citoyens, des groupes de pression. Cependant, la CAQ n’est pas au service de groupes de pression, mais est au service de l’ensemble des Québécois. C’est important de rappeler ça.» 

Photo Agence QMI, MARIO BEAUREGARD

 Deux visions 

 Conférencier invité, l’instigateur du Pacte pour la transition est venu plaider pour «l’urgence d’agir». 

 «L’urgence pragmatique, c’est ça, notre approche», a opposé à cela M. Legault. 

 «On a un sérieux coup de barre à donner», a rappelé M. Champagne, en s’adressant aux 1200 militants réunis pour l’occasion. 

 Selon le metteur en scène, qui portait fièrement son macaron «J’aime mon premier ministre», cela commence «par se retirer de l’usage qu’on fait du pétrole et du gaz». 

  • Écoutez le commentaire de Mario Dumont à Dutrizac de 6 à 9:

 Le premier ministre, qui revient d’une mission économique à New York et Washington pour vendre de l’hydroélectricité, veut plutôt que les Québécois utilisent «plus d’électricité [et] moins de pétrole». 

 «Pour ce qui est du gaz, c’est une énergie de transition, ce n’est pas idéal», a-t-il reconnu. 

Photo Agence QMI, MARIO BEAUREGARD

 Concilier environnement et économie 

 Le chef caquiste souhaite toutefois concilier «l’environnement et l’économie, parce qu’on a un grand défi, [...] [celui] de créer de la richesse, de réduire notre écart de richesse avec nos voisins». 

 Pas question, donc, de s’opposer à des projets comme celui d’usine de liquéfaction de gaz naturel d’Énergie Saguenay. 

 Dans ce cas précis, il s’agit d’un projet «où on exporterait du gaz en Europe pour remplacer du charbon», a rappelé M. Legault. 

 «Quand on regarde l’impact sur la planète, sur les GES [...], a-t-il continué, c’est une bonne nouvelle pour l’environnement, parce que le gaz, c’est moins pire que le pétrole, c’est moins pire que le charbon.» 

 En somme, pas de virage radical en vue à la CAQ ce week-end. «Tout est une question d’équilibre», a expliqué M. Legault. 

 Sondage 

 M. Legault ne s’étonne pas, par ailleurs, qu’un électeur caquiste sur deux croit que le Québec en fait déjà assez à l’égard de l’environnement, comme l’indique un sondage Léger commandé par son parti.   

 «J’étais à New York la semaine dernière, j’ai senti une certaine jalousie, a raconté le premier ministre. Quand on regarde les 60 états et provinces, l’endroit où il y a moins de GES par habitant, c’est le Québec, New York est troisième. Nous, on est premier, donc il faut quand même tenir compte de ça. [...] On est les meilleurs sur les 60 états en Amérique, donc les Québécois comprennent ça aussi.» 

 Quelques résolutions adoptées par les militants caquistes 

 ► Accroître l’exportation d’électricité propre et renouvelable afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES) nord-américaines. 

 ► Imposer des redevances et une consigne sur les bouteilles d’eau afin de réduire progressivement leur utilisation. 

 ► Mettre en place des mesures pour encourager le recours aux emballages écoresponsables et pour lutter contre le suremballage.