/sports/hockey
Navigation

Les jeunes à l’écoute des vétérans chez les Bruins

Coup d'oeil sur cet article

BOSTON | Charlie McAvoy, Brandon Carlo, David Pastrnak et Jake DeBrusk forment la relève chez les Bruins.

Don Sweeney construira son équipe autour d’eux quand les Zdeno Chara, Patrice Bergeron, David Krejci et Brad Marchand seront prêts à transmettre le flambeau.

Cette passation des pouvoirs n’arrivera pas demain matin. À très court terme, les Bruins chercheront à garnir le plafond du TD Garden d’une septième bannière de la Coupe Stanley, mais d’une première depuis 2011.

« Je ressens clairement de la nervosité à l’approche de la finale, a dit le défenseur Brandon Carlo. J’en suis cette année à ma première expérience en séries puisque les deux dernières années j’étais blessé. »

« Je me retrouve maintenant sur la plus grande scène possible du hockey, mais je désire en profiter le plus possible, a poursuivi Carolo. Il y aura eu onze jours de pause avant le premier match de la finale, j’ai trouvé ça long. J’avais trop de temps pour penser et réfléchir. »

Si Carlo a parlé de papillons dans le ventre, DeBrusk restait encore bien calme à sa sortie d’un entraînement au TD Garden, samedi.

« Je ne suis pas encore nerveux, c’est plus une période d’anticipation, a raconté le numéro 74. J’imagine que je deviendrai plus nerveux à la veille de l’ouverture de la finale. Nous avons profité d’une longue pause, nous avons eu le temps de faire le vide. »

Écouter les conseils

Chez les Bruins, six joueurs ont déjà une bague de la Coupe Stanley avec les Chara, Bergeron, Krejci, Marchand et Tuukka Rask.

Joakim Nordstrom, quant à lui, a remporté cet honneur en 2015 avec les Blackhawks de Chicago, mais il n’avait pas joué en finale.

« Nous avons eu plusieurs rencontres d’équipes où les vétérans ont partagé leurs expériences du passé, a souligné DeBrusk. Bergy (Bergeron) et Marchy (Marchand) menaient souvent les discussions. Ils nous rappelaient que la finale sera encore plus intense. Nous n’avons pas encore idée de l’intensité d’une finale de la Coupe Stanley. »

« Les plus vieux m’ont simplement dit de rester calme et de ne pas voir trop loin, a ajouté Carolo. Tu dois rester au quotidien, y aller une étape à la fois. Les Bruins ont fait un très bon travail avec nous depuis notre victoire contre la Caroline, nous avons eu du temps pour oublier le hockey, mais nous avons aussi passé de bons moments ensemble. C’était un bon mélange. »