/news/society
Navigation

Rassemblement en soutien au propriétaire du Zoo de Saint-Édouard

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-ÉDOUARD-DE-MASKINONGÉ | Après l’intervention de la SPCA de Montréal plus tôt cette semaine au Zoo de Saint-Édouard, en Mauricie, une poignée de résidents de la petite municipalité de Saint-Édouard-de-Maskinongé se sont réunis samedi pour appuyer le propriétaire de l’établissement.

Des dizaines de personnes se sont rassemblées sur le site en matinée. Certains y étaient en soutien à Normand Trahan, propriétaire du zoo, alors que d’autres s’y sont présentés parce qu’ils ne peuvent en concevoir la fermeture.

Des citoyens se sont aussi dits choqués par la manière dont l’intervention de la SPCA de Montréal s’est déroulée.

«Si les animaux ne vont pas bien [...] qu’on fasse de quoi. Qu’on se mette ensemble», a dit Yvon Deshaies, maire de Louiseville, une municipalité limitrophe de Saint-Édouard-de-Maskinongé.

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

«Au point de vue touristique, c’est une chandelle économique formidable», a-t-il ajouté.

«Les gens n’ont pas à être arrêtés et menottés pour des choses comme ça. [...] Si vous avez fait le tour, vous l’avez vu: il n’y a pas d’animaux maltraités», a justifié un homme sur les lieux, avouant toutefois que «ça se peut qu’il y ait des petits problèmes d’infrastructure».

Un groupe d’experts s’est aussi mobilisé pour produire une analyse indépendante, une contre-expertise qui pourrait être utilisée par l’avocat de Normand Trahan.

Selon Jacinthe Bouchard, de l’entreprise Zoo Académie, la SPCA fait fausse route.

«Il n’y a pas de cas extrême. [...] On va bâtir quelque chose et on va remonter le truc. On va le rendre aux normes, les plus belles normes [...] De fermer ça, c’est ridicule», a-t-elle dit. La dame, qui est spécialiste en comportement animal, entend tout faire pour que le Zoo de Saint-Édouard demeure opérationnel.

Le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard a obtenu l’autorisation de la Cour de pénétrer à l’intérieur du site, samedi, une fois que les experts auront terminé leur travail.