/travel/destinations
Navigation

Route 66: Le Bagdad Cafe!

Avec plus de 4000 km, la légendaire route 66 traverse les États-Unis du nord-est au sud-ouest.
Photo courtoisie, Réjean Tremblay Avec plus de 4000 km, la légendaire route 66 traverse les États-Unis du nord-est au sud-ouest.

Coup d'oeil sur cet article

NEWBERRY SPRING | Le Bagdad Cafe est vraiment perdu au milieu de nulle part.

Sur la 66, à une cinquantaine de kilomètres de Barstow. Une bicoque indescriptible, qu’on dirait abandonnée depuis des décennies, accueille pourtant quelques voitures et plusieurs Harley. Accompagnons Réjean Tremblay et ses amis dans leur périple à moto sur la fameuse route 66.

Dans la cour de gravier et de poussière, on parle français. Deux Toulousains venus du sud de la France complètent leur pèlerinage. Un jeune couple de Belges prend des photos. Et les quatre Québécois font quoi ? Ils se prennent en photo devant la bicoque.

Louis Larouche, Nathalie Laporte et Julie Bertrand prennent la pose devant le restaurant.
Photo courtoisie, Réjean Tremblay
Louis Larouche, Nathalie Laporte et Julie Bertrand prennent la pose devant le restaurant.

On est devant le célèbre Bagdad Cafe.

L’intérieur est cent fois pire que l’extérieur. Ou cent fois mieux, ça dépend. Il ne reste plus un pouce carré de bois sur les murs. Tout est couvert de photos ou de collants laissés par les touristes venus se recueillir au Bagdad Cafe. Le français domine à trois pour un. En haut, une belle photo de Céline Dion signée par René Angelil.

Réjean Tremblay, Julie Bertrand, 
Nathalie Laporte et Louis Larouche,
à Santa Monica, en Californie, la fin de la route 66.
Photo courtoisie, Réjean Tremblay
Réjean Tremblay, Julie Bertrand, Nathalie Laporte et Louis Larouche, à Santa Monica, en Californie, la fin de la route 66.

ET JOHNNY HALLYDAY

Larry, l’homme à tout faire du Bagdad Cafe, raconte les histoires dans un anglais cartonné d’un accent incompréhensible. Il a tourné avec Julia Roberts quand il était jeune et beau. À force de recevoir des touristes québécois et René Angelil, il a appris des bribes de français.

Même que Johnny Hallyday s’est arrêté une couple de fois au Bagdad Cafe. On le sait, Johnny était un biker invétéré : « Quand Johnny venait, il nous donnait la main, il nous serrait, mais il refusait qu’on le prenne en photo. C’était une trop grosse star », raconte Larry, dont je n’ai jamais compris le nom de famille.

Quant à Michelle, ou Michaelle, c’est la patronne, la cuisinière et serveuse du Bagdad. Le hamburger steak était correct, le grilled cheese aussi. Faut dire qu’on est resté dans le haut de gamme.

Le départ à Delson. Bernard Viau et ses partenaires de AmerikaMoto.
Photo courtoisie, Réjean Tremblay
Le départ à Delson. Bernard Viau et ses partenaires de AmerikaMoto.

CALLING YOU

Mais le coup au cœur, c’est le sacré Larry qui nous l’a donné. À un moment donné, il a fait jouer la bande sonore du film mythique en France. Quand les premières lamentations de Calling You ont envahi les lieux « bougons » du café, Ti-Lou s’est frotté les deux bras : « J’ai la chair de poule », a-t-il dit.

Moi, je lévitais sur mon tabouret au cuir défoncé. Ça prend une grosse émotion musicale pour me soulever... disons.

Une photo de Céline est affichée au  mur de l’établissement.
Photo courtoisie, Réjean Tremblay
Une photo de Céline est affichée au mur de l’établissement.

Le film tourné au Bagdad Cafe raconte l’histoire d’un Allemand et de deux femmes. Larry explique l’histoire : « Je me suis endormi après un quart d’heure ». Merci pour le résumé. Mais Bagdad Café a été un très grand succès en France, en Belgique, en Suisse et en Allemagne.

C’est pour ça que les pauvres Américains de passage ne comprennent pas pourquoi la moitié de Paris passe par ce café dégingandé.

Ça doit être que leur Fouquet’s ressemble à ça...

ROUTE 66 : ON SE LES GÈLE

La route 66, c’est le désert de l’Arizona, le Nouveau-Mexique, le Texas, c’est la chaleur épouvantable, c’est la lutte contre la déshydratation. J’ai même acheté une glacière portative avant de quitter le Québec. Au cas où il ferait 49 °C comme lors de ma première 66 avec Michel Barrette et compagnie.

Ça doit être le réchauffement climatique. On se les gèle. À Flagstaff, il a neigé dimanche dernier. J’ai sept paires de shorts et pas une paire de pantalons plus chauds. Lady Ju et Lady Nat enfilent les couches de vêtements pour résister au froid. Ti-Lou n’a pas encore laissé tomber la veste de cuir.

Cette semaine à la télé, on parlait de temps froids jamais sentis depuis 1971 !

VISITE CHEZ TOM LAPOINTE...

À Los Angeles, Louis Larouche, Nathalie Laporte, Julie Bertrand et le chroniqueur ont retrouvé Tom Lapointe, le comédien David La Haye et Lucien Lacasse, propriétaire des studios Castaway dans le coin de Hollywood.

Souper rempli des projets de Tom Lapointe. L’ancien de La Presse et du Journal planche sur des concepts et une émission de radio.