/opinion/columnists
Navigation

Un étranger dans son lit

GEN-FTQ MANIFESTATION CONTRE TRANS MOUNTAIN DE KINDER MORGAN
Photo d'archives, Agence QMI La CAQ prend un risque important en jouant le jeu de s’associer avec le Pacte.

Coup d'oeil sur cet article

La décision de la CAQ d’inviter l’environnementaliste Dominic Champagne comme conférencier à son Conseil général est-elle audacieuse... ou masochiste ? Nous verrons dans les heures à venir comment ce passage se déroulera et si les caquistes réunis vont se faire faire la morale. Mais à long terme, cette stratégie est risquée.

La majorité des électeurs de François Legault n’aiment pas tellement l’approche préconisée par le Pacte. Lors de l’élection qui a porté au pouvoir la CAQ, d’autres partis ont poussé des approches environnementales plus radicales et ont mordu la poussière.

Les électeurs de la CAQ tiennent à voir leur gouvernement agir de façon responsable en matière d’environnement. Mais ils ne veulent pas en faire une religion. Or, les caricaturistes au flair aiguisé ont vite dépeint Dominic Champagne dans des habits d’évêque pontifiant.

À terme, c’est déjà inscrit dans le ciel que les dirigeants du Pacte vont finir déçus du gouvernement Legault, quoi qu’il fasse. C’est écrit dans le ciel qu’un certain nombre de projets d’améliorations du réseau routier seront dénoncés comme étant favorables aux automobilistes. Même chose pour des projets économiques que monsieur Legault juge essentiels à son objectif d’enrichir les Québécois.

Par nature, les partis politiques ont la tentation de plaire à tous. La CAQ se dit qu’il vaut mieux ne pas confronter le mouvement écologiste et essayer de s’en montrer ami. Or il y a toujours un risque pour un parti politique à inviter un étranger dans son lit. Cela peut conduire à des lendemains difficiles.

Leçon du PQ

Si monsieur Legault ne me croit pas, il peut en parler avec un certain Jean-François Lisée. Le Parti québécois a tenté l’aventure avec Québec solidaire. Pensant pouvoir créer une coalition visant l’intérêt supérieur de la grande cause souverainiste, le PQ s’est aventuré dans une tentative d’alliance.

Au dernier moment, alors qu’ils avaient baissé leur garde, les péquistes se sont fait fermer la porte solidement sur le nez. Leur nez aplati était encore apparent dans cette campagne électorale au terme de laquelle le PQ a failli disparaître.

En faisant la promotion d’une collaboration avec QS, le Parti québécois a donné de l’importance et de la légitimité à ce parti. Le PQ s’est rendu vulnérable aux attaques futures de Québec solidaire. Comment répliquer efficacement à un parti que tu courtisais le mois passé ? Le PQ s’est menotté lui-même.

La CAQ authentique

Il me semble qu’il y a bien des leçons là-dedans pour la CAQ. François Legault a déjà accordé au Pacte une importance énorme en accueillant le porte-étendard Dominic Champagne en rendez-vous privilégié au bureau du premier ministre dès le lancement du mouvement. Une faveur rare.

Le Pacte véhicule un message légitime. Néanmoins, la CAQ gouverne en étant élue sur la base d’un programme. Oui, la CAQ doit renforcer sa politique en matière d’environnement. Mais elle doit le faire à sa façon, avec ses propres approches.

En tentant de s’associer au Pacte, les caquistes mettent des cuillères de poudre dans un canon qui est pointé vers eux.