/finance/news
Navigation

Un projet de mariage qui fait crouler ses finances

0525-dvp
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Canadien d’origine mexicaine, Pablo a rencontré sa future femme lors d’un voyage dans son pays natal. Ils ont décidé de se marier et de faire vie commune au Canada. Un beau projet qui allait toutefois lui coûter sa santé financière.

Avant d’épouser Ana-Lilia, Pablo lui a rendu visite plusieurs fois au Mexique. Des allers-retours coûteux, en plus de devoir assumer ses dépenses sur place ainsi que les frais reliés aux noces. Une fois mariés, les deux tourtereaux n’ont toutefois pas pu s’envoler ensemble pour Montréal, puisque la jeune femme devait préalablement être parrainée par son mari afin de pouvoir obtenir un statut légal au Canada.

Là encore, Pablo se rend régulièrement au Mexique afin de pouvoir passer un peu de temps avec son épouse. Il s’assure aussi que celle-ci ne manque de rien et il lui envoie de l’argent tous les mois, en attendant que les démarches d’immigration soient complétées.

Pour faire face à tous ces frais, il a toutefois dû mettre les bouchées doubles en prenant un deuxième emploi. Au fil des mois, il a aussi dilapidé toutes ses économies, il a contracté une marge de crédit (23 000 $) et a largement utilisé ses cartes de crédit (95 300 $). À cela s’ajoutent des impôts personnels et des soldes de TPS/TVQ impayés (10 000 $ + 1500 $), ainsi que des factures de télécommunication (téléphone cellulaire : 2200 $).

Des ennuis de santé

Les démarches d’immigration ont fini par porter leurs fruits et Ana-Lilia a pu rejoindre son époux au Canada. Ne parlant pas la langue du pays, elle s’est inscrite à des cours de français, mais en attendant, elle ne peut occuper d’emploi. Et il faudra sans doute encore de longs mois avant qu’elle ne puisse participer aux dépenses du ménage.

Or, Pablo a déjà du mal à joindre les deux bouts. Il ne sait plus où donner de la tête, les remboursements minimums de ses cartes de crédit engloutissant chaque mois une bonne partie de ses ressources. Comble de malheur, peu avant l’arrivée de son épouse à Montréal, il a commencé à éprouver d’importants problèmes de santé causés par le stress et l’épuisement, l’obligeant à abandonner son deuxième travail, ce qui a entraîné une chute drastique des entrées d’argent. Au bout du rouleau et harcelé par ses créanciers, il est allé chercher conseil auprès d’une firme d’experts en redressement financier et insolvabilité.

Une faillite libératrice

« Lorsqu’il est venu nous consulter, il gagnait environ 2650 $ par mois et avait accumulé pour 132 000 $ de dettes personnelles », explique Isabel Navarro, conseillère principale en redressement financier chez Raymond Chabot. Dans ces conditions, impossible pour lui de faire face à ses obligations financières tout en payant les dépenses reliées à la vie quotidienne du couple.

« Dans la situation de Pablo, la meilleure solution était de faire faillite. Dès le dépôt de celle-ci, les créanciers ne peuvent plus entrer en contact avec lui et les intérêts cessent de courir. Pour se libérer de sa faillite, il devra effectuer un paiement de 225 $ pendant neuf mois », précise Isabel Navarro.

À la fin du processus, toutes ses dettes seront effacées, y compris celles d’impôt et de TPS/TVQ. Néanmoins, son dossier de crédit sera entaché pendant six ans après la date de la libération. Isabel Navarro souligne également que si l’homme avait pris le taureau par les cornes plus tôt, il aurait pu éviter de mettre sa santé en péril. Elle précise toutefois que si le processus d’immigration n’avait pas encore été complété, celui-ci aurait pu être compromis par la faillite de Pablo.

SA SITUATION FINANCIÈRE

Actif

  • Aucun

Dettes

  • Cartes de crédit 95 300 $
  • Marge de crédit 23 000 $
  • Impôts personnels 10 000 $
  • TPS/TVQ 1500 $
  • Factures de téléphone cellulaire 2200 $

TOTAL 132 000 $

Revenus mensuels

  • Salaire 2647 $
  • Sa conjointe ne travaille pas

TOTAL : ..................................... 2647 $

Dépenses mensuelles

  • 2420 $ (loyer, transport, épicerie, électricité, assurance, etc.)
  • 225 $ par mois pour le paiement de la faillite

TOTAL 2645 $