/weekend
Navigation

Une vie pleine de rebondissements

Le cartographe des Indes boréales, Olivier Truc, Aux Éditions Métailié, 
640 pages
Photo courtoisie Le cartographe des Indes boréales, Olivier Truc, Aux Éditions Métailié, 640 pages

Coup d'oeil sur cet article

Vivant en Suède depuis des années, l’écrivain français Olivier Truc signe un roman d’aventures franchement dépaysant.

La dernière fois qu’on a eu la chance d’interviewer Olivier Truc, il nous a appris qu’il travaillait depuis plusieurs années sur un livre dont l’histoire se déroulerait au XVIIe siècle et nous trimballerait de la Laponie à l’Afrique du Sud, en passant par la France.

Délaissant temporairement Nango Klemet et Nina Nansen, les deux enquêteurs-chocs de la police des rennes qui ont réussi à séduire presque tous les amateurs de polars avec Le dernier Lapon, Le détroit du loup et La montagne rouge, Olivier Truc a en effet complètement changé de registre pour nous raconter le destin hors norme d’Izko Detcheverry, un jeune Basque bientôt appelé à devenir espion.

À la conquête du monde

En 1628, Izko n’a que 13 ans. Et comme toutes les personnes présentes ce jour-là à Stockholm, il est très curieux d’assister à la première sortie en mer du Vasa, le plus gros galion jamais fabriqué en Suède. Mais ô surprise, il sera surtout aux premières loges pour le voir couler au fond de l’eau. Et de ce fait, il sera également témoin d’une scène troublante qui aura sur lui un impact significatif jusqu’à la fin de sa vie.

Alors qu’il rêvait de suivre les traces de son père en devenant lui aussi chasseur de baleines, Izko sera envoyé au Portugal, où on lui enseignera l’art de lire et de tracer des cartes. Un métier qui l’obligera à parcourir des milliers de kilomètres de par le monde et qui le conduira peu à peu à servir en douce Richelieu.

Un captivant pavé qui nous permet de découvrir une époque marquée par les guerres de religion, l’Inquisition, les superstitions et la colonisation.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Raisons obscures

Amélie Antoine, aux Éditions XO, 384 pages
Photo courtoisie
Amélie Antoine, aux Éditions XO, 384 pages

En entamant la lecture de ce sixième roman de l’auteure française Amélie Antoine, on ne s’attendait pas à être aussi vite emporté par pareil maelström d’émotions. Mettant en scène les Mariani et les Kessler, deux familles tout ce qu’il y a de plus ordinaire habitant le même quartier, il nous montre en effet comment la routine et les aléas de la vie peuvent parfois faire ressortir le pire des gens.

Troupe 52

Nick Cutter, aux Éditions Alto, 528 pages
Photo courtoisie
Nick Cutter, aux Éditions Alto, 528 pages

Maintenant offert dans la collection Coda, ce génial roman d’horreur risque d’en effrayer plus d’un ! La petite troupe dirigée par le chef scout Tim Riggs s’apprête en effet à passer quelques jours sur l’une des îles inhabitées situées aux environs de l’Île-du-Prince-Édouard. Manque de chance, un être mille fois plus terrifiant que tous les monstres des histoires de peur racontées autour du feu se joindra bientôt à elle. On est un peu gêné de l’avouer, mais on s’est régalé d’un bout à l’autre.

Pourquoi sont-ils entrés dans l’Histoire ?

Stéphane Bern, aux Éditions Albin Michel, 240 pages
Photo courtoisie
Stéphane Bern, aux Éditions Albin Michel, 240 pages

Grâce à ce livre, on sera sûrement très surpris d’apprendre que plusieurs mots usuels de la langue française ont d’abord été des noms propres. On découvrira par exemple comment Alexis Godillot a réussi à marquer l’industrie de la chaussure, pourquoi Eugène Poubelle a rapidement été associé aux boîtes à ordures ou de quelle manière le patronyme d’Étienne de Silhouette, contrôleur général des finances de Louis XV, a commencé à désigner les contours d’une personne.

Number cakes

Chloé Josso, aux Éditions Solar, 68 pages
Photo courtoisie
Chloé Josso, aux Éditions Solar, 68 pages

Les vacances d’été approchent à grands pas. Et avant qu’il ne reste plus personne à Montréal, tous les parents dont les enfants sont nés durant la belle saison s’apprêtent sûrement à organiser des fêtes d’anniversaire. Dans ce livre grand format, ils découvriront ainsi ce qu’il faut faire pour concocter de délicieux gâteaux en forme de chiffre ou de lettre.

Frissons garantis

Les imposteurs

Les imposteurs, John Grisham, Aux Éditions JC Lattès, 432 pages
Photo courtoisie
Les imposteurs, John Grisham, Aux Éditions JC Lattès, 432 pages

Mark, Zola, Gordon et Todd ont tenu à faire des études de droit dans l’espoir de pouvoir ensuite mener une vie meilleure. Mais pour diverses raisons, aucun d’eux n’a pu entrer dans l’une des prestigieuses universités de Washington, D.C. Résultat ? Ils se sont tous inscrits à Foggy Bottom, une nouvelle école donnant la chance aux jeunes comme eux de réaliser leurs rêves.

Sur le point de terminer leur dernière année, deux choses commenceront toutefois à les préoccuper sérieusement : les sommes d’argent astronomiques qu’ils ont dû emprunter pour financer leurs études (à eux quatre, ils ont déjà plus d’un million de dollars de dettes) et le taux d’échec alarmant de Foggy Bottom, seulement 56 % de ses étudiants parvenant à réussir l’examen du barreau.

Une douce vengeance

Après avoir effectué de nombreuses recherches, Gordon sera le premier à comprendre dans quel guêpier ils ont mis les pieds : Foggy Bottom appartient à l’avocat multimilliardaire Hinds Rackley, lequel possède également une société de crédit dont la spécialité est... d’accorder des prêts aux étudiants ! Conscients de s’être fait avoir en beauté, le groupe d’amis décidera ainsi de monter sa propre arnaque pour se venger de Rackley.

Sans être un grand Grisham, ce thriller propose un agréable moment de lecture agrémenté de nombreux rebondissements.