/sports/hockey
Navigation

Construire une équipe finaliste de la Coupe Stanley

Construire une équipe finaliste de la Coupe Stanley
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Croupir dans les bas-fonds pendant quelques saisons est-il un mal nécessaire pour remporter la coupe Stanley? Au cours des dernières années, il a été raisonnable de se poser la question.

Les difficultés sur la glace des Capitals de Washington leur ont valu Alexander Ovechkin et Nicklas Backstrom; celles des Penguins de Pittsburgh, Sidney Crosby, Marc-André Fleury et Evgeni Malkin; celles des Blackhawks de Chicago, Patrick Kane et Jonathan Toews.

Lors des cinq dernières années, ce trophée a été gagné par l’une des trois formations mentionnées ci-haut.

Or, la donne a changé cette année si l'on se fie à la façon dont les deux équipes en finale de la Coupe Stanley ont été bâties.

Les Bruins de Boston et les Blues de St. Louis sont deux formations qui n’ont généralement pas repêché tôt au premier tour en raison de leurs succès en saison régulière, mais qui sont parvenues à demeurer compétitives.

Comment les deux équipes en sont arrivées là? Voici une analyse à cet effet.

Bruins de Boston

Attaquants

  • Marchand (repêchage – 3e tour, 71e) – Bergeron (repêchage – 2e tour, 45e) – David Pastrnak (repêchage – 1er tour, 25e)
  • Jake DeBrusk (repêchage – 1er tour, 14e) – David Krejci (repêchage – 2e tour, 63e) – David Backes (joueur autonome)
  • Marcus Johansson (transaction) – Charlie Coyle (transaction) – Danton Heinen (repêchage – 4e tour, 116e)
  • Joakim Nordstrom (joueur autonome) – Sean Kuraly (transaction) – Noel Acciari (joueur autonome NCAA)
  • Chris Wagner (joueur autonome), Karson Kuhlman (joueur autonome NCAA)

Défenseurs

  • Zdeno Chara (joueur autonome) – Charlie McAvoy (repêchage – 1er tour, 14e)
  • Torey Krug (joueur autonome NCAA) – Brandon Carlo (repêchage – 2e tour, 37e)
  • Matt Grzelcyk (repêchage – 3e tour, 85e) – Connor Clifton (contrat de la Ligue américaine puis contrat de la LNH de deux ans)
  • John Moore (joueur autonome) – Steven Kampfer (transaction)

Gardiens

  • Tuukka Rask (transaction)
  • Jaroslav Halak (joueur autonome)

Au sein des deux premiers trios, tous les joueurs proviennent du repêchage, à l’exception du vétéran David Backes, qui n’est pas l'un des six meilleurs attaquants des Bruins à proprement parler, lui qui a même été laissé de côté à plusieurs occasions durant les séries.

Étonnamment, aucun joueur dans la formation ci-haut n’a été sélectionné dans le top 10 du repêchage, Jake DeBrusk et Charlie McAvoy ayant été choisis au plus haut rang.

Cela n’a pas empêché les Bruins d’effectuer des choix judicieux au premier tour : McAvoy est le joueur le plus utilisé de l’équipe lors des présentes séries éliminatoires et DeBrusk – bien qu’il connaisse un printemps plus tranquille – a inscrit près de 30 buts cette saison.

Dans les tours suivants, Brad Marchand et Patrice Bergeron se sont avérés de véritables vols. Et David Krejci représente une très belle prise.

Après les deux premiers trios, le reste de la formation a été majoritairement construit à l’aide de transactions et de bons coups sur le marché des joueurs autonomes. Zdeno Chara n’est plus le joueur qu’il était, mais les Bruins ne regretteront jamais de lui avoir accordé un gros contrat le 2 juillet 2006. Torey Krug a été embauché en tant que joueur autonome non repêché en provenance de la NCAA et ce fut une excellente décision.

Cette saison, le directeur général Don Sweeney a acquis deux joueurs de location qui ont joué un rôle important jusqu’ici en séries : Charlie Coyle et Marcus Johansson. Mais il faut rappeler le coup de génie que l’actuel DG des Rangers, Jeff Gorton, a réalisé il y a plusieurs années en refilant Andrew Raycroft aux Maple Leafs de Toronto en retour de Tuukka Rask. Fumant, comme en fait foi son taux d’efficacité de ,942 lors des présentes séries, le Finlandais est pressenti comme le favori pour rafler le trophée Conn-Smythe.

Au final, c’est une succession de bonnes décisions au repêchage (Marchand, Bergeron et cie), deux grands coups sur le marché des joueurs autonomes (Chara, Krug) et une transaction à sens unique (Raycroft contre Rask) qui ont formé le noyau des Bruins tels qu’on les connaît aujourd’hui.

Blues de St. Louis

Attaquants

  • Jaden Schwartz (repêchage – 1er tour, 14e) – Brayden Schenn (transaction) – Vladimir Tarasenko (repêchage – 1er tour, 16e)
  • Samuel Blais (repêchage – 6e tour, 176e) – Ryan O’Reilly (transaction) – David Perron (joueur autonome)
  • Patrick Maroon (joueur autonome) – Tyler Bozak (joueur autonome) – Robert Thomas (repêchage – 1er tour, 20e)
  • Ivan Barbashev (repêchage – 2e tour, 33e) – Oskar Sundqvist (transaction) – Alexander Steen (transaction)
  • Zach Sanford (transaction)

Défenseurs

  • Joel Edmundson (repêchage – 2e tour, 46e) – Alex Pietrangelo (repêchage – 1er tour, 4e)
  • Jay Bouwmeester (transaction) – Colton Parayko (repêchage – 3e tour, 86e)
  • Vince Dunn (repêchage – 2e tour, 56e) – Robert Bortuzzo (transaction)
  • Carl Gunnarsson (transaction)

Gardiens

  • Jordan Binnington (repêchage – 3e tour, 88e)
  • Jake Allen (repêchage – 2e tour, 34e)

À la différence des Bruins, les Blues ont bénéficié d’une haute sélection au repêchage pour mettre la main sur leur général à la défense, Alex Pietrangelo, au quatrième rang. Jaden Schwartz – qui connaît d’ailleurs des séries du tonnerre avec 12 buts – et Vladimir Tarasenko constituent d’excellentes prises au premier tour.

Plus tard dans le repêchage, les défenseurs Colton Parayko, Joel Edmundson et Vince Dunn représentent de belles trouvailles. Et que dire du gardien Jordan Binnington, l’une des plus belles surprises de la saison dans la Ligue nationale?

Le directeur général Doug Armstrong a greffé deux joueurs au noyau de sa formation en effectuant des transactions pour obtenir Brayden Schenn et Ryan O’Reilly. Ce dernier est l’homme à tout faire des Blues et l’attaquant le plus utilisé de l’équipe. Qu’il ait été retenu parmi les trois finalistes au trophée Selke ne relève pas du hasard.

L’échange conclu avec les Flames de Calgary pour obtenir Jay Bouwmeester en 2013 a également été important. Le vétéran remplit des tâches défensives cruciales.

Armstrong n’a pas chômé l’été dernier. En plus d’avoir acquis O’Reilly, il a accordé des contrats à plusieurs attaquants sur le marché des joueurs autonomes, ce qui a ultimement permis à l’entraîneur-chef Craig Berube de déployer quatre trios dangereux. David Perron figure au deuxième rang chez les Blues avec 13 points lors des présentes séries, ex-aequo avec Tarasenko. Patrick Maroon a marqué le but qui a envoyé les siens en finale de l’Association de l’Ouest. On ne peut pas non plus cracher sur les 10 points de Tyler Bozak.

En grande partie, ce sont trois choix judicieux au premier tour (Pietrangelo, Tarasenko, Schwartz), trois transactions d’envergure (Schenn, O’Reilly, Bouwmeester), des trouvailles au repêchage (Parayko, Binnington et autres) et une approche agressive en juillet dernier (Perron, Maroon, Bozak) qui ont mené les Blues en finale.