/sports/hockey
Navigation

O’Reilly: le Bergeron des Blues

HKN-HKO-SPO-2019-NHL-STANLEY-CUP-FINAL---MEDIA-DAY
Photo AFP Ryan O’Reilly a rencontré les médias à Boston, dimanche.

Coup d'oeil sur cet article

BOSTON | Bruce Cassidy a souvent décrit les Blues comme étant l’équipe miroir des Bruins. Deux équipes construites sur des bases semblables. La première grande ressemblance se situe à la position cruciale de premier centre avec Patrice Bergeron d’un côté et Ryan O’Reilly de l’autre.

Depuis ses débuts avec les Bruins en 2003-2004, Bergeron a gravé son nom à quatre reprises (2012, 2014, 2015 et 2017) sur le trophée Frank-Selke, décerné au meilleur attaquant à caractère défensif.

Même s’il a joué seulement 65 matchs au cours de la dernière saison, le numéro 37 des Bruins se retrouve encore parmi les trois finalistes pour cet honneur cette saison.

Il fait partie des trois candidats pour le Selke pour une huitième année d’affilée. Un exploit peu banal.

O’Reilly n’a toujours pas raflé ce titre, mais il pourrait y parvenir cette année.

Le centre des Blues fera la lutte à Bergeron en compagnie de Mark Stone, qui a porté les couleurs des Sénateurs d’Ottawa et des Golden Knights de Vegas cette saison.

Un modèle

Encerclé par une bonne dizaine de journalistes en cette journée consacrée aux médias, O’Reilly a répondu à plusieurs questions au sujet de Bergeron.

« Il est le meilleur attaquant à caractère défensif de la LNH, a répliqué le centre des Blues. J’ai toujours admiré ce joueur. »

« J’ai énormément de respect pour lui, a-t-il poursuivi. Je le regardais souvent jouer et je cherchais à m’inspirer de lui. J’ai joué avec Patrice à la Coupe du monde à Toronto, c’était un plaisir de le côtoyer. Maintenant, je jouerai contre lui en finale de la Coupe Stanley. Je veux gagner, nous voulons les battre. Et je sais qu’il dira la même chose. Il est l’un des joueurs clés des Bruins. Je devrai être au sommet de mon art contre lui. »

Acquis des Sabres le 1er juillet dans une transaction majeure, O’Reilly a fait le bonheur de son directeur général, Doug Armstrong, en réalisant des sommets personnels avec 28 buts et 77 points en 82 rencontres. Il a aussi maintenu un différentiel de +22, une autre marque personnelle.