/investigations/transports
Navigation

Ottawa n’a pas été honnête au sujet de la piste cyclable

Le fédéral était au courant des problèmes le long du pont Champlain, mais n’a rien dit

Piste cyclable Estacade du pont Champlain
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Ottawa a tenté pendant trois ans de faire croire au public que la nouvelle piste cyclable le long du pont Champlain avait été bien construite même s’il considérait derrière des portes closes que le travail avait été bâclé.  

La société Ponts Jacques Cartier et Champlain (PJCCI) a déposé, il y a deux semaines, une réclamation en justice de près de 3 M$ aux firmes responsables de la construction et de la surveillance de ce lien cyclable inauguré en mai 2016.  

PJCCI allègue que la piste a été mal construite.  

«Non seulement [les] ondulations et changements abrupts de pente rendent la circulation à vélo très inconfortable, mais [ils] présentent en plus un risque pour la sécurité des usagers», écrit la société dans sa poursuite.  

Dès l’ouverture de la piste, il y a trois ans, plusieurs cyclistes avaient remarqué des problèmes. PJCCI était elle-même au courant des pépins. La poursuite qu’elle a déposée début mai révèle que, 11 jours après l’ouverture de la piste, PJCCI avait déjà été avisée par des experts que l’infrastructure flambant neuve était mal construite.  

De belles excuses  

Notre Bureau d’enquête a analysé une série de tweets et de réponses fournis par la société fédérale aux médias qui s’inquiétaient dans les semaines suivant l’ouverture de la piste.  

On constate que PJCCI s’est lancée dans une vaste opération de relations publiques pour faire croire qu’il n’y avait aucun problème.  

«L’effet de vague est tout à fait normal, assure PJCCI, responsable du chantier, la structure ayant été conçue selon les meilleurs standards», citait le quotidien Métro le 25 mai 2016 dans un article sur l’insatisfaction des cyclistes.  

Au moment où elle était fort mécontente des travaux, PJCCI avançait même publiquement que la piste n’était pas vraiment ondulée, mais que c’était une illusion créée par les nouveaux matériaux sur la chaussée.  

«La piste cyclable de l’Estacade a été construite en respectant les contraintes de poids de la structure et en utilisant les meilleurs matériaux disponibles sur le marché. [...] Une sensation de gondolement de la piste peut être ressentie», peut-on lire sur le site de PJCCI en date d’août 2016, ainsi que dans de nombreux gazouillis et courriels.  

Changement de ton  

Questionnée par notre Bureau d’enquête, Nathalie Lessard, directrice des communications chez PJCCI, a reconnu que les interventions publiques de l’organisation et ce qu’elle négociait en privé avec les entrepreneurs étaient très différents.  

«Entre ce qu’on dit sur la place publique et ce qu’on se dit avec un entrepreneur parce qu’on a des problèmes, il y a un écart entre les deux. [...] On ne va pas négocier sur la place publique», s’est-elle défendue.  

Pourquoi ne pas l’avoir divulgué aux cyclistes tout de suite plutôt que via une poursuite trois ans plus tard?  

«Je n’étais pas là à l’époque, donc je ne peux pas parler de ces choix-là», a répondu Mme Lessard.  

DANS LE DÉNI  

 

Piste cyclable Estacade du pont Champlain
Photo courtoisie

Dans des tweets et des courriels, PJCCI vantait publiquement le revêtement de sa nouvelle piste cyclable. Tout un contraste avec ce qu’elle allègue aujourd’hui dans une poursuite contre les constructeurs et les surveillants du chantier. 

Piste cyclable Estacade du pont Champlain
Photo courtoisie

     

Piste cyclable Estacade du pont Champlain
Photo courtoisie

PJCCI expliquait le 4 août 2016 sur son site web que la sensation de gondolement sur la piste cyclable était normale. Cette mention est disparue du site web.  

Piste cyclable Estacade du pont Champlain
Photo courtoisie