/sports/racing
Navigation

Près d’un siècle plus tard

Le pilote français Simon Pagenaud remporte les 500 miles d’Indianapolis

Simon Pagenaud
Photo courtoisie, Série Indycar Le Français Simon Pagenaud a célébré sa victoire comme il se doit au Indy 500 en versant la traditionnelle bouteille de lait sur sa tête.

Coup d'oeil sur cet article

Simon Pagenaud a couronné un mois parfait à Indianapolis en remportant dimanche la course mythique des 500 miles.

Il devient le premier pilote français depuis 1920 à s’imposer lors de cette célèbre classique, une épreuve phare de la série de monoplaces IndyCar.

Il a devancé de justesse Alexander Rossi, qui lui avait pourtant ravi les commandes au 198e des 200 tours avant de reprendre son bien dès la boucle suivante.

Dans une fin de course époustouflante, Pagenaud a su tenir le coup malgré la menace constante de l’Américain, vainqueur en 2016, qu’il devancera par la faible marge de deux dixièmes de seconde au fil d’arrivée.

Le Japonais Takuma Sato, qui avait paradé dans le cercle du gagnant il y a deux ans, s’est classé au troisième rang.

« Un rêve devenu réalité »

À sa sortie de voiture, Pagenaud avait peine à cacher ses émotions.

« Je cherche les mots pour décrire mes sentiments, s’est-il exclamé. Cette odeur du lait m’a motivé [rires]. J’étais tellement concentré à effectuer le travail.

« C’est un rêve devenu réalité, a-t-il enchaîné. Je suis tellement reconnaissant envers tous ceux qui m’ont fait confiance. À commencer par Roger Penske. »

Ce dernier, à titre de propriétaire, remporte son deuxième succès consécutif aux 500 miles d’Indianapolis, après la victoire d’un autre de ses protégés, Will Powell, l’an dernier.

L’Australien et l’Américain Josef Newgarden, des coéquipiers de Pagenaud chez Penske, ont terminé quatrième et cinquième respectivement. Seul Canadien inscrit à l’épreuve, le Torontois James Hinchcliffe a terminé à la 11e position.

C’est une vieille tradition à Indianapolis : une bouteille de lait est remise au gagnant.

Deux victoires

Pagenaud avait annoncé ses couleurs dès le début du mois en remportant la course de circuit routier disputée deux semaines plus tôt au complexe d’Indianapolis.

Puis, il y a sept jours, il avait obtenu la position de tête en prévision des 500 miles.

« Les astres étaient alignés, dois-je croire, a souligné Pagenaud. Je vais célébrer comme il se doit. Je ne peux encore y croire... »

Le pilote de 35 ans a mené 116 des 200 tours de la course. Son meilleur résultat au Indy 500, une huitième place, avait été obtenu en 2013.

Le rythme de la course a été particulièrement rapide, si ce n’est qu’un accident, survenu au 178e tour, impliquant six bolides, dont ceux du Français Sébastien Bourdais et de l’Américain Graham Rahal, a incité les commissaires à déployer le drapeau rouge.

Pagenaud fait une bonne opération puisqu’il s’installe au premier rang du classement cumulatif de la Série IndyCar avec une récolte de 250 points, un de plus que Newgarden et 22 de plus que Rossi.


► Né en France de parents suisses, Gaston Chevrolet était le dernier Français à avoir remporté les 500 miles d’Indianapolis en 1920. Jules Goux (en 1913) et René Thomas (1914) sont les deux seuls autres Français à avoir soulevé le précieux trophée.