/news/consumer
Navigation

Plateforme Inbe: le concept de Goûteur à domicile sera exporté en Europe

Inbe prendra aussi de l’expansion au Canada

Le cofondateur d’Inbe, Daniel Leblanc, a l’intention de voir sa compagnie faire des affaires en Europe d’ici la fin de l’année.
Photo Jean-François Desgagnés Le cofondateur d’Inbe, Daniel Leblanc, a l’intention de voir sa compagnie faire des affaires en Europe d’ici la fin de l’année.

Coup d'oeil sur cet article

Inbe appuie sur le champignon, comme on dit. L’entreprise exportera en 2019 son concept de Goûteur à domicile en Europe et en Ontario.

«Pour l’instant, ce n’est pas encore disponible en Europe. Toutefois, on veut le faire cette année avec notre partenaire Wagralim, en Belgique. On travaille sur ce projet», indique au Journal Daniel Leblanc, cofondateur d’Inbe.

«À terme, cela pourrait permettre à une entreprise du Québec de tester ses produits alimentaires sur le marché européen, et aussi l’inverse. Cela pourrait aider certaines compagnies qui souhaitent évaluer le marché avant de réaliser une expansion», poursuit-il.

Lancé à l’automne 2017 en collaboration avec Québec International, le programme de Goûteur à domicile, qui est aujourd’hui baptisé NomadLab, s’adressait jusqu’à présent principalement aux entreprises et aux consommateurs québécois.

Réduire les risques d’échecs

Il s’agit en fait d’un programme qui permet de sonder l’engouement des clients pour un nouveau produit. Le concept est simple. Les consommateurs qui ont accepté de participer à l’aventure se retrouvent dans une base de données. S’ils sont sélectionnés, ils reçoivent des échantillons de nourriture, et en échange, ils doivent donner leur appréciation des produits.

Ensuite, Inbe transmet les données recueillies à son partenaire d’affaires. En connaissant l’appréciation des gens, cela permet aux compagnies de réduire les risques d’échecs de mise en marché.

Pour l’heure, la compagnie de Québec compte une trentaine de clients à travers la province, comme Exceldor, le Groupe Leclerc, Lassonde, la Fromagerie Bergeron et la Maison Orphée.

Fort potentiel

Quant à l’Ontario, M. Leblanc souligne que son organisation souhaite réaliser ses premiers pas avec Goûteur à domicile au cours des prochains mois du côté de Toronto. «C’est un endroit où il y a beaucoup de sièges sociaux dans le secteur de l’agroalimentaire», dit-il.

Il n’est toutefois pas question pour le moment d’ouvrir un nouveau bureau en Europe ou dans la Ville reine, mais la direction n’écarte pas cette possibilité à plus long terme. L’entreprise compte aujourd’hui une dizaine de travailleurs.

En plus du secteur de l’agroalimentaire, la plateforme Inbe peut réaliser différents types de tests pour d’autres marchés. Par exemple, pour évaluer auprès des consommateurs des concepts publicitaires ou des produits pour la maison, comme des meubles pour la salle de bain.

«Pour l’ensemble de notre offre avec Inbe, on peut rejoindre aujourd’hui 19 millions de consommateurs dans 70 pays», conclut M. Leblanc.

En mai 2018, Développement économique Canada avait accordé à Inbe deux contributions remboursables de 50 000 $ et de 40 000 $ afin de soutenir les projets d’expansion de la compagnie.