/news/currentevents
Navigation

Normand Dubé coupable d’avoir commandé des incendies criminels

Il a été reconnu coupable lundi de quatre incendies et de harcèlement criminels

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-« pilote des stars » a pris le chemin de la prison lundi, tout juste après avoir été reconnu coupable d’incendies et de harcèlement criminels auprès de fonctionnaires envers qui il assouvissait une soif de vengeance démesurée.

« Normand Dubé est incapable de gérer ses pulsions, vit dans le déni total et présente un risque de récidive », a martelé le procureur de la Couronne Steve Baribeau pour justifier sa demande de détention immédiate de l’accusé, en liberté depuis le début des procédures.

Dubé, 57 ans, n’a pas témoigné lors de son procès, qui s’est tenu en février au palais de justice de Saint-Jérôme.

Le tribunal l’a trouvé coupable lundi d’avoir commandé quatre incendies à l’aide d’essence et de cocktails Molotov sur des résidences et un véhicule d’employés de l’État avec qui il avait eu des conflits, en 2013 et 2014.

Ces derniers se sont aussi fait injurier et harceler par le résident de Sainte-Anne-des-Plaines, qui les a terrorisés pendant des années.

La poursuite a souligné lundi « l’insignifiance » de ces disputes, liées en partie à des contestations de taxes municipales.

« Le tribunal considère que les preuves circonstancielles mènent logiquement dans le même sens, vers l’accusé », a laissé tomber le juge Gilles Garneau.

La similitude des méthodes utilisées par les truands pour allumer les incendies et les nombreux appels entre Dubé et un intermédiaire lors des journées fatidiques ont convaincu le magistrat.

De plus, la déclaration de Steve Garrett, une connaissance de l’accusé aujourd’hui décédée, a été qualifiée de « crédible » par le juge. Garrett avait relaté aux policiers avoir reçu des aveux de Dubé disant qu’il avait commandité les crimes.

Vengeance

« La vengeance est un plat qui se mange froid ! » avait d’ailleurs lancé le « pilote des stars » à l’une de ses victimes.

Cette phrase a été charnière pour le juge, car elle résume le motif de l’accusé.

« C’est fou. Ça ne tient pas debout. On est à terre. C’est sûr qu’on va en appel ! » a déclaré Dubé, sous le choc et la peau écarlate, lors d’une pause, avant qu’on le conduise en cellule.

Sa conjointe peinait à contenir ses larmes, seule au fond de la salle bondée d’enquêteurs et de victimes soulagées.

Délinquant à contrôler

La Couronne entend maintenant démontrer que Dubé mérite une étiquette de délinquant à contrôler.

Le documentaire réalisé par notre Bureau d’enquête à propos de Dubé sera notamment déposé par la poursuite lors des représentations sur sentence afin de démontrer son tempérament bouillant.

Me Baribeau a déjà indiqué son intention de suggérer une peine de plus de 10 ans pour l’aviateur déchu.

Une peine qu’il voudrait consécutive à celle de sept ans que Dubé a reçue en décembre pour avoir saboté les lignes à haute tension d’Hydro-Québec, en 2014.

Ce verdict a été porté en appel et Dubé était depuis en liberté dans ce dossier.


► Pour en savoir plus sur la saga judiciaire de Normand Dubé, on peut visionner sur Club illico le documentaire Le pilote des stars de notre Bureau d’enquête.