/entertainment/music
Navigation

5 choses à savoir sur Yann Tiersen

Il sera en concert à Montréal et Québec cette semaine

Yann Tiersen
Photo courtoisie, Christopher Espinosa Fernandez

Coup d'oeil sur cet article

Pour bien des Québécois, le nom de Yann Tiersen est indissociable du Fabuleux destin d’Amélie Poulain, sorti en 2001. Mais depuis la sortie de ce film, l’artiste français a lancé six autres albums et s’est efforcé de se détacher du long métrage de Jean-Pierre Jeunet. Voici cinq choses à savoir sur le musicien qui viendra donner trois concerts cette semaine au Québec.

Formation classique

Yann Tiersen est né à Brest, en France, en 1970. Il fêtera ses 49 ans le 23 juin prochain. Jeune, il avait des difficultés à l’école, mais a rapidement manifesté un intérêt pour la musique. De l’âge de 6 à 14 ans, il a reçu une formation classique en apprenant le violon et le piano. Ce n’est qu’à l’âge adulte qu’il s’est tourné vers la guitare et la musique rock.

Des débuts remarqués

C’est en 1995 que Tiersen lance son premier album, La valse des monstres. Deux ans plus tard, il enchaîne avec Rue des cascades. La pièce titre se retrouve dans le film La vie rêvée des anges. Même si ses disques sont bien reçus par la critique, le succès n’est pas encore présent. C’est plutôt en 1998, avec Le Phare, que Tiersen se fait découvrir par le public français. L’album se vend à 100 000 exemplaires.

Le malaise avec Amélie

C’est lors d’une balade en voiture avec l’une de ses stagiaires que le réalisateur Jean-Pierre Jeunet découvre la musique de Yann Tiersen. Le cinéaste lui demande alors de composer la musique de son prochain film, qui deviendra Le fabuleux destin d’Amélie Poulain. Dans les faits, la majorité des pièces de Tiersen qui se sont retrouvées sur la bande originale existaient sur ses albums précédents. « Je n’ai rien fait pour le film, a-t-il dit en entrevue à slate.fr. Ç’a eu du succès et ça colle très bien à ma musique, mais ça ne me concerne pas trop. » Pour cette raison, il n’a pas voulu aller chercher son César de la meilleure bande originale, reçu en 2002, car il n’avait rien fait de spécifique pour le film.

Retour au cinéma

Alors que Tiersen a toujours entretenu une relation étrange avec Amélie Poulain et le succès international que le film lui a valu, son rapport a été tout autre avec le long métrage Good Bye, Lenin ! En 2003, le musicien a composé de la musique spécialement pour ce film de Wolfgang Becker. L’année d’après, il recevait le Victoire de l’album de musique originale de cinéma ou de télévision. Au grand écran, Tiersen a aussi conçu la musique du documentaire de Pierre Marcel, Tabarly, en 2008.

Seul sur son île

Depuis une dizaine d’années, Yann Tiersen s’est grandement détaché de ses albums au piano. Le musicien touche-à-tout s’est entre autres plongé dans le post-rock et l’électronique. Après un joli retour au piano en 2016, avec EUSA, Tiersen a récemment sorti son 10e album en carrière, ALL, qui a été enregistré dans son nouveau studio, surnommé L’Eskal, sur l’île d’Ouessant, en Bretagne. Dans sa tournée actuelle en solo, Tiersen interprète dix titres de cet album expérimental.

♦ Yann Tiersen sera en spectacle ce soir et demain, au Théâtre Maisonneuve, ainsi que vendredi, au Palais Montcalm de Québec. yanntiersen.com.