/news/currentevents
Navigation

Michèle Richard reporte encore sa suspension de permis de conduire

GEN - MICH�LE RICHARD
Photo Martin Alarie Michèle Richard, en compagnie de Me Roxane Hamelin, était inquiète qu’on révoque son permis, mardi, au palais de justice de Saint-Jérôme.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JÉRÔME | La chanteuse Michèle Richard a encore une fois réussi, mardi, à reporter sa suspension de permis pour assister à des répétitions de tournée, même si elle avait convenu devant le tribunal en septembre qu’elle plaiderait coupable de conduite avec les facultés affaiblies.

« La dernière fois, c’était évident pour moi que Madame devait enregistrer un plaidoyer de culpabilité aujourd’hui. Là, c’est une tournée, après ça va être autre chose. Je pense qu’elle a assez étiré. Ça n’a pas de bon sens », a pesté le juge Michel Bellehumeur lors de la comparution de Michèle Richard au palais de justice de Saint-Jérôme.

La chanteuse de 73 ans est accusée d’avoir conduit son véhicule en état d’ébriété et de façon dangereuse, le 20 mai 2016, à Saint-Jérôme.

Le 17 septembre, Richard avait « promis » verbalement devant la Cour de reconnaître son crime et de perdre son permis de conduire à sa comparution suivante, soit mardi. Elle avait admis n’avoir aucune défense à offrir.

Un autre délai

« Ma cliente a des répétitions de spectacles tout l’été », a cependant plaidé l’avocate de Richard, Me Roxane Hamelin, en guise de justification pour demander au juge un nouveau délai jusqu’à l’automne.

« La tournée est toute annoncée », a lancé en panique Michèle Richard à son avocate, dans la salle d’audience, constatant que le juge n’était pas d’humeur coopérative.

Me Hamelin a finalement convaincu le magistrat, malgré sa réticence, après un long suspens du dossier.

C’est la troisième fois que la septuagénaire repousse le processus judiciaire en raison de contraintes d’horaire.

Son procès devait initialement se tenir en janvier 2018, mais son avocate s’était présentée devant la cour quelques jours plus tôt pour indiquer que sa cliente était à l’extérieur du pays.

Peu de temps auparavant, la chanteuse avait elle-même déclaré au Journal qu’elle partait « en vacances chez des amis riches à Ixtapa [au Mexique] ».

Par la suite, son procès avait été fixé au 19 septembre dernier. Or, deux jours plus tôt, les avocats s’étaient rencontrés pour demander un report qui devait nous mener à mardi.

Interdit après 20 h

Cette fois, le juge Bellehumeur lui a fait mettre par écrit son engagement à plaider coupable lors d’une comparution qui aura lieu le 24 septembre. Son plaidoyer de culpabilité l’acquittera de l’accusation de conduite dangereuse.

Richard devra toutefois respecter des conditions, soit de ne pas conduire entre 20 h et 6 h, et d’être présente lors de cette date à laquelle son permis lui sera confisqué.

La vedette du showbizz québécois en est à sa quatrième accusation pour conduite avec les facultés affaiblies. Acquittée à deux reprises, elle avait perdu son permis de conduire pour un an, en 2009.

Comme Richard n’a pas été reconnue coupable de cette infraction à deux reprises en cinq ans ou moins, la poursuite ne devrait pas déposer d’avis de récidive, a-t-on appris.

- Avec la collaboration de Christian Plouffe et Claudia Berthiaume