/finance/news
Navigation

Oublier la gratification immédiate comme investisseur

0528_dvp
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Il est impossible de prévoir avec exactitude ce que deviendront nos enfants une fois adultes. On les aime comme ils sont. Qu’ils choisissent de devenir électriciens, programmeurs de jeux vidéo ou comptables, etc., on leur souhaite principalement trois choses : qu’ils grandissent en santé, qu’ils soient heureux et qu’ils soient autonomes.

Pour atteindre l’autonomie, ça prend un peu de jugement, un certain sens des responsabilités et de la pratique. Mais, semble-t-il que pour atteindre un certain succès qui solidifiera sa santé financière, ça prend autre chose.

À tous les parents qui tentent d’expliquer les bienfaits de l’épargne à leurs enfants et adolescents, cette chronique vous est destinée.

Gratification différée

En 1972, le psychologue Walter Mischel de l’Université de Stanford a mené une étude fort intéressante sur le succès. Son étude portait sur la gratification différée vs la gratification immédiate. C’est donc un thème toujours d’actualité et pertinent à la psychologie de l’investisseur.

Mischel a étudié le comportement de dizaines d’enfants à qui on offrait une guimauve. Ils pouvaient, s’ils le désiraient, la manger immédiatement, mais, s’ils résistaient à la tentation, ils se voyaient récompensés par des guimauves supplémentaires. Les scientifiques ont ainsi analysé la durée de la « résistance ». Habituellement ceux qui réclament la guimauve tout de suite cherchent les raccourcis et ne souhaitent pas travailler trop fort pour obtenir l’objet de leur convoitise. Ils veulent la satisfaction immédiate.

Mais d’autres se disent : « Wô, minute. Si j’attends deux heures, je vais avoir deux guimauves et même trois, si j’attends trois heures. Je suis capable de patienter et je vais avoir le magot ! » Ces derniers ne cherchent pas les raccourcis. Oui, c’est un test pour les enfants, mais si on étudie le comportement de ces enfants sur des décennies, on voit qu’ils appliquent le même principe dans leur vie et ont plus de succès que les autres. Ils vivent moins d’échecs amoureux, ont des revenus supérieurs, des postes de direction d’entreprises... Parce qu’ils ne cherchent pas la récompense immédiate. Ils sont capables de visualiser les gains plus importants qui surviendront dans le futur, APRÈS les efforts.

Patience + investissements = récompenses

Ce test de la guimauve est également une métaphore parfaitement adaptée à la réalité de l’investisseur. En finance, il faut penser à long terme et améliorer la maîtrise de soi. Une fois qu’on a établi un bon plan de match, qu’on a sélectionné méticuleusement les titres de son portefeuille : on les conserve pendant des années, sans laisser nos émotions prendre le dessus. À bien y réfléchir, c’est un jeu d’enfant.

♦ Fabien Major est planificateur financier et conseiller chez Major Gestion Privée inc. succursale de Gestion de patrimoine Assante ltée à Outremont.

Conseils

  • La patience est indispensable à tous les investisseurs
  • En finance, les raccourcis augmentent les risques
  • Les gains formidables et rapides tiennent de la chance et se répètent rarement
  • Les bons fonds et les bons titres boursiers récompensent les investisseurs patients et révèlent la magie des intérêts composés
  • Le long terme = plus de dix ans