/finance/business
Navigation

Un réseau cyclable qui soulève des craintes à Verdun

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Des commerçants de la rue de Verdun, situé dans l'arrondissement du même nom à Montréal, ont été invités à une réunion pour discuter des impacts que pourrait avoir le Réseau Express Vélo sur leur clientèle.

«Je suis inquiet parce que je ne suis pas capable de chiffrer ça. Je ne peux pas mesurer les clients qui ne viendront pas parce qu’ils ont fait trois fois le tour et qui ne sont pas rentrés», a dit Pierre Champoux, un commerçant de Verdun qui craint le retrait de plusieurs espaces de stationnement.

Éve Sabourin, propriétaire d’un salon de coiffure sur cette rue, émet aussi des réserves. Elle estime que marcher quelques coins de rue supplémentaires peut incommoder sa clientèle plus âgée.

De plus, on se questionne sur l’étude réalisée par la Ville de Montréal à la base du Réseau Express Vélo, présentée lundi par la mairesse Valérie Plante.

«Ils sont venus deux lundis d’affilée, donc deux fois la même journée, à des heures qui ne sont pas nécessairement les heures de pointe de stationnement et ils n’ont pas tenu compte de l’interdiction de stationner sur l’un des côtés de la rue», a expliqué Mme Sabourin.

Au centre-ville, des commerçants craignent aussi que ces «autoroutes» pour vélos soient mauvaises pour les affaires.

Valérie Plante assure pouvoir convaincre les commerçants des bienfaits de ce projet. Les cinq premiers axes du réseau, totalisant une trentaine de kilomètres de pistes cyclables protégées, seront mis en place d’ici 2021. Ils comprendront notamment les rues Saint-Denis, Peel, Saint-Antoine, De Bellechasse et Souligny, dans l’est de Montréal.