/entertainment
Navigation

Joan Miró revit à Québec

L’exposition Miró à Majorque. Un esprit libre s’installe au MNBAQ

Des œuvres monumentales produites par Joan Miró sont exposées à Québec.
Photo Stevens LeBlanc Des œuvres monumentales produites par Joan Miró sont exposées à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Foi de son petit-fils, l’âme de Joan Miró flotte dans les salles du Musée national des beaux-arts du Québec où sont exposées, jusqu’au 8 septembre, près de 200 œuvres du grand peintre et sculpteur catalan.

« Je le sens plus vivant que jamais ici, à Québec », a déclaré Joan Punyet Miró après avoir fait aux journalistes, hier matin, une description enflammée de l’œuvre de son célèbre grand-papa.

L’exposition Miró à Majorque. Un esprit libre, consacrée à la période de la maturité de Miró lorsqu’il s’est établi sur l’île espagnole, à 62 ans, aurait difficilement pu trouver plus belle piste d’atterrissage que le pavillon Pierre-Lassonde, croit Joan Punyet Miró, qui a vanté la passion des Québécois pour les grands artistes comme Giacometti et Riopelle.

« Il faut soutenir cette sensibilité parce que c’est l’art qui va changer les âmes des gens et va faire en sorte que notre planète sera vivable pour les prochaines générations. »

L’artiste catalan transformait divers objets sans valeur en œuvres d’art.
Photo Stevens LeBlanc
L’artiste catalan transformait divers objets sans valeur en œuvres d’art.

Fibre écologique

Il est vrai, peut-on découvrir en parcourant les œuvres prêtées au MNBAQ par la Fundacio Pilar i Joan Miró a Mallorca et sa succession, que cet artiste iconoclaste avait une fibre écologique qui le poussait à recueillir des objets tout partout, jusque dans les ordures, pour les intégrer dans ses sculptures.

Un bout de brique cassé, un porte-papier de toilette ou une feuille de papier sablé pouvaient ainsi se retrouver dans une de ses créations.

Divisée en quatre grands thèmes (ses racines catalanes, l’expressionnisme abstrait et la calligraphie orientale, ses formes originales de même que ses grandes œuvres monumentales en noir et blanc), Miró à Majorque. Un esprit libre met aussi en lumière son entêtement à se renouveler sans cesse, même à un âge très avancé.

« Il détestait être prévisible et répétitif. Donc, il cassait tout, tout le temps, pour se refaire », a partagé son petit-fils.

Son petit-fils, Joan Punyet Miró.
Photo Stevens LeBlanc
Son petit-fils, Joan Punyet Miró.

Les dernières créations

Puisé à même le fond d’atelier du peintre-sculpteur, le corpus exposé à Québec est une sélection exclusive d’œuvres peu connues qui n’ont que rarement traversé l’Atlantique.

Le conservateur André Gilbert s’émeut d’avoir pu rassembler certaines pièces créées juste avant sa mort, en 1983, à l’âge de 90 ans.

« Nous avons les dernières sculptures, qui sont étonnement parmi ses plus primitives, de même que les dernières peintures. Miró disait : “vous savez, même si je fais une seule ligne noire dans un tableau, c’est la preuve que j’ai conquis la liberté”. »


► L’exposition est présentée au pavillon Pierre-Lassonde du Musée des beaux-arts du Québec, du 30 mai au 8 septembre.