/news/politics
Navigation

Le nouvel accord nord-américain de libre-échange présenté au parlement canadien

Le nouvel accord nord-américain de libre-échange présenté au parlement canadien
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le premier ministre Justin Trudeau a présenté mercredi au parlement canadien un projet de loi portant ratification du nouvel accord de libre-échange entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, à la veille d’une visite à Ottawa du vice-président américain Mike Pence sur ce thème.

S’adressant aux députés de la Chambre des communes, M. Trudeau a qualifié de «long et difficile» le processus de négociations qui a abouti l’an dernier à la conclusion de ce nouvel accord.

L’accord États-Unis, Mexique, Canada (AEUMC) modernise l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) entre ces trois pays, en vigueur depuis 1994.

En fin de compte, «nous avons obtenu un grand accord», a dit le premier ministre canadien. «Le nouvel Aléna sécurisera l’accès à une zone commerciale qui représente plus du quart de l’économie mondiale, et le moment est maintenant venu pour les membres de cette Chambre de le ratifier».

L’accord signé le 30 novembre doit être ratifié dans les trois pays. La ratification au Canada est une formalité, les deux principaux partis au parlement étant acquis au nouvel accord.

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, qui a dirigé les négociations pour le Canada, a indiqué mercredi qu’Ottawa comptait «autant que possible» aborder «le processus de ratification en tandem avec ses partenaires, particulièrement avec les États-Unis».

Un obstacle majeur pour sa ratification a été surmonté avec la levée récente par les États-Unis des tarifs douaniers qu’ils avaient imposés sur l’acier et l’aluminium en provenance du Canada et du Mexique.

Ottawa et Mexico avaient fait de la suppression de ces taxes douanières une condition sine qua non pour la ratification du traité.

Celle-ci se heurte cependant à des obstacles au Congrès américain, où les démocrates évoquent des inquiétudes concernant le mécanisme de la résolution des différends (dit Chapitre 19) ou la réforme du droit du travail au Mexique, qui doit renforcer la protection des salariés et augmenter leurs rémunérations.

L’ambassadeur du Canada à Washington, Dave MacNaughton, a estimé cependant qu’il y avait «une chance raisonnable que le Congrès américain ratifie cet accord avant les vacances d’été à la fin juillet».