/portemonnaie/business
Navigation

Les plantes : enfin une industrie qui fleurit grâce aux milléniaux

Les plantes : enfin une industrie qui fleurit grâce aux milléniaux

Coup d'oeil sur cet article

Les chaînes de resto familial, l’immobilier résidentiel, la câblodistribution, les céréales à déjeuner... Chaque semaine, on accuse les «infâmes» milléniaux d’avoir mis à mort une pauvre industrie avec nos satanées habitudes de consommation.

Eh ben, réjouissons-nous la gang, car cette semaine, on apprend que grâce à nous, le marché des plantes se porte très bien. Envoyons-nous des fleurs!

Selon Bloomberg, cette bonne nouvelle prend racine dans la hausse des ventes qui ont atteint 1,7 milliard de dollars aux États-Unis, un bon de 50% dans les trois dernières années. 

Le célèbre média financier attribue ce bourgeonnement économique au fait que la génération Y tarde à devenir parent et cherche à combler un besoin de connecter avec la nature. 

Toujours selon le média américain, en raison de la tendance à prioriser les expériences comme les voyages, les plantes permettent aux milléniaux de rester «groundés» et de s'occuper de quelque chose qui ne crèvera pas s’ils quittent pour Bali sur un coup de tête. (Ouin, on va demander une étude là-dessus, parce que c’est douteux comme argument).

Les gros détaillants comme Walmart dominent encore le marché, mais on constate que plusieurs jeunes entreprises poussent dans l’industrie. Ces compagnies, The Sill par exemple, reprennent un modèle d’affaires prisé en produits cosmétiques récemment. Elles visent les 18-35 ans avec un branding hautement stylé, en mettant de l’avant des valeurs environnementales et de bien-être. 

Eliza Blank, la fondatrice de The Sill, n’a pas peur d’affirmer que «les milléniaux n’ont pas envie d’aller au Walmart pour acheter leurs plantes». La startup a d’ailleurs bénéficié d’investissement en capital de 7,5 millions de dollars pour lui permettre d’élargir ses opérations.

On remarque aussi que les jeunes butinent de plus en plus dans des petites boutiques spécialisées situées dans les quartiers huppés. 

Les photos de verdures domestiques ont même la cote sur les réseaux sociaux. Le hashtag #plantsofinstagram donne plus de 3 millions de résultats. Selon Bloomberg, cette nouvelle popularité de la vie organique sur le numérique a une incidence directe sur les ventes. 

L’industrie a cependant de la difficulté à s’adapter aux modes et aux tendances. Lorsqu’une personne influente publie des clichés de sa nouvelle plante, la chaîne de distribution peine à répondre à la demande spontanée pour cette espèce. 

Tout ça pour dire que c’est un bon moment pour les investisseurs de planter quelques semences dans l’industrie!

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux