/misc
Navigation

Santé : le privé est plus cher

hopital clinique sante operation
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

On privatise même s’il n’y a pas de délai au public

La privatisation partielle des chirurgies à des fonds d’investissement, des fiducies et des compagnies à numéro qui sont propriétaires de compagnies comme Rockland MD, DIX 30, Opmédic, etc. remonte à au moins à 2007, tel que je l’ai signalé dans mon dernier blogue.

Et la CAQ qui nous dit qu’il faut obtenir des études supplémentaires afin de déterminer si on va continuer cette sous-traitance coûteuse au privé ou si on va la rapatrier dans nos hôpitaux publics où, comme l’a mentionné la journaliste du Journal de Montréal, Éloïse Archambault, dans son texte du 2 avril 2019 : « Le ministère de la Santé a payé plus de 43 millions $ pour faire opérer des patients dans des cliniques privées, et ce même s’il n’y avait pas de délai d’attente au public ». Ça ne peut pas être plus clair. L’idéologie et le favoritisme priment. On privatise même si on peut et qu’on devrait le faire dans le réseau public. « Québec prolonge d’un an le projet pilote de chirurgies au privé » (Radio-Canada, 10 mai 2019) car « Le réseau privé veut désengorger le système de santé » (TVA Nouvelles, 7 mai 2019). 

Un peu de sincérité demandée

Il faudrait que madame McCann arrête de se cacher derrière le faux prétexte de l’obtention d’études supplémentaires afin de justifier cette préférence pour le privé alors qu’elle coûte plus cher aux payeurs de taxes. Ça ne prend pas un génie pour comprendre qu’au public, qui a déjà toutes ses installations, ça coûte moins cher qu’au privé, qui lui en plus exige un taux de rendement appréciable sur chaque opération effectuée. Ces cliniques privées ne sont pas des organismes à but non lucratif. Aussi, ce sont les mêmes chirurgiens qui pratiquent dans le public et qui, pour arrondir leur fin de semaine, ont comme ça un petit « sideline » au privé. Dites-moi donc pourquoi ces chirurgiens préfèrent opérer dans ces cliniques privées plutôt qu’à l’hôpital public? « Une majorité de médecins qui ont pris part au projet-pilote du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) visant à réduire les listes d’attente en chirurgie ont été plus productifs au privé qu’à l’hôpital » (La Presse, 23 avril 2019). On se demande d’où vient leur motivation alors que « les médecins sont rémunérés de la même façon (RAMQ) qu’ils opèrent dans ces cliniques privées ou dans leur hôpital. Toutefois, en ayant l’occasion de faire plus d’opérations en une journée dans ces cliniques que dans les hôpitaux, ils augmentent potentiellement leur rémunération ». Mais, « depuis mai 2016, le MSSS a payé près de 44 millions pour 48 066 opérations réalisées au privé, selon les plus récentes données fournies par ce ministère, datant de janvier dernier. Le budget de départ du projet-pilote de 4 millions par an a été largement dépassé. Le MSSS verse un profit de 10 % à la clinique sur chaque intervention »... Ça résume tout. Alors que je rappelle qu’il n’y avait pas de délai au public.

Pourtant, en 2009 : « L’Agence de santé de Montréal veut casser l’entente avec Rockland MD. Les chirurgiens de l’hôpital du Sacré-Cœur se montrent très inquiets » (La Presse, 11 septembre 2009). Nos merveilleux médecins spécialistes se montrent-ils très inquiets pour le bien de leurs patients, pardon, de leurs clients, ou pour leur propre bien?

Je soupçonne fortement madame McCann de répéter le même cynique numéro en commandant une énième recherche chez ses experts consultants qui pensent comme la CAQ. Dans ce genre d’étude, il y a pourtant tellement de subjectivité et d’hypothèses dans les ventilations et les imputations des coûts et des frais généraux fixes que l’on peut arriver facilement et « scientifiquement » au résultat souhaité par le commanditaire. Il faudrait que madame McCann admette qu’elle souhaite maintenir cette sous-traitance de la santé publique à des cliniques privées à gros but lucratif par simple idéologie afin de « moderniser » l’État, toujours plus ratatiné au profit d’opportunistes.

Rions un peu avec Gaétan Barrette

Une autre anecdote. En 2016, une étude du ministère de la Santé démontre que le privé est plus cher. Mais, comme la fin justifie les moyens, Barrette s’exclame : « L’étude n’était pas à ma satisfaction » (Le Journal de Montréal, 21 mars 2016). Barrette a alors dit : « J’en veux des meilleures, des plus précises ». Mais pourquoi l’étude n’était-elle pas à son goût?

À propos de l’éthique de Rockland MD

Voici en vrac le titre de quelques articles de journaux que j’ai ressortis sur Rockland MD afin que vous puissiez vous faire votre propre idée :

- « Clinique privée Rockland MD. Le Protecteur du citoyen publie un rapport. Les droits des patients sont mal protégés » (La Presse, 21 octobre 2008);

- « Facturation illégale. La RAMQ poursuit la clinique Rockland » (Le Devoir, 28 novembre 2013);

- « Des patients devront être remboursés. Le Centre de chirurgie Rockland a vendu illégalement des forfaits santé (allant jusqu’à 17 000 $) » (La Presse, 22 février 2012);

- « Rockland MD. Primes illégales de 1000 $ par jour aux anesthésistes » (Le Journal de Montréal, 17 septembre 2015);

- « Une clinique privée condamnée à verser un demi-million à la RAMQ » (Radio-Canada, 28 septembre 2018).