/news/society
Navigation

Un gym prisé du Plateau ferme ses portes sans avertissement

Les 700 membres de l’endroit sont inquiets et plusieurs espèrent être remboursés

Coup d'oeil sur cet article

Un centre de gym et spa du Plateau-Mont-Royal a fermé ses portes du jour au lendemain, suscitant beaucoup d’inquiétude chez ses membres qui craignent de ne pas se faire rembourser leur abonnement.

« J’ai été extrêmement étonnée. On ne nous avait jamais parlé d’une possible fermeture. Et d’un coup, ce n’est plus accessible. J’espère retrouver mon argent. Tout est encore très flou », a laissé tomber Audrey Schalk, une membre désemparée du Saint-Jude Gym & Spa qui s’est abonnée pour un an en novembre dernier.

Les quelque 700 membres et les employés ont eu tout un choc en recevant un avis samedi dernier, mentionnant que les services du centre situé sur la rue Saint-Denis, à Montréal, sont interrompus « pour une durée indéterminée » et qu’une nouvelle administration prendrait le relais.

En se rendant devant l’église convertie en gym au cœur de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, les usagers de l’endroit se sont butés à une porte close.

Une affiche a été mise dans la vitre pour inviter les gens à écrire à une adresse courriel, afin de prendre un rendez-vous pour récupérer leurs effets personnels laissés à l’intérieur.

Inquiètes, plus d’une centaine de personnes ont créé un groupe sur Facebook, afin de partager des informations sur la situation.

L’Office de la protection du consommateur (OPC) a confirmé au Journal avoir été contacté par une dizaine de personnes à ce sujet.

« L’Office a été informé de la fermeture du commerce et procède à certaines vérifications avant d’ouvrir le processus de réclamation pour les consommateurs concernés », a indiqué son porte-parole Charles Tanguay, qui invite les « consommateurs qui s’estiment lésés » à communiquer avec l’OPC.

Le Saint-Jude s’explique

L’administration du Saint-Jude Gym & Spa, qui était locataire du bâtiment, a expliqué au Journal qu’ils ont préféré cesser leurs activités, alors qu’il fallait investir d’importants montants d’argent pour des travaux.

« On ne pouvait pas continuer dans ces conditions. [...] On n’avait plus les moyens », a mentionné Tony Attanasio, gestionnaire de l’endroit, précisant qu’il ne s’agit pas d’une faillite.

Il dit comprendre l’inquiétude des gens, mais qu’il « n’y a pas lieu de paniquer ».

« Tous les membres et clients vont être contactés d’ici 24 à 48 heures [...] et on va les rassurer, a-t-il affirmé. On est en train de faire tout ce qu’il faut pour atténuer quelque problème que ce soit. »

Nouvelle administration

Au même endroit, un nouveau centre de gym nommé L’Espace Thomas devrait ouvrir ses portes d’ici le début du mois de juillet, annoncera-t-on aux membres.

« Je n’ai jamais été mêlé dans un imbroglio comme ça, s’est étonné Numa Balmer, de la nouvelle administration qui serait aussi locataire. Je peux comprendre la frustration [des anciens membres]. [...] J’essaie d’arriver à un compromis pour que tout le monde soit heureux. »

Toutefois, ce dernier estime ne pas avoir à assumer les erreurs faites par l’administration précédente et il invite les gens à s’entendre avec elle ou à communiquer avec l’OPC.