/news/politics
Navigation

Les députés de la Chambre se lèvent pour l’avortement, sans les conservateurs

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Dans la foulée des remises en question du droit à l’avortement au sud de la frontière, les députés de la Chambre des communes ont applaudi une motion réaffirmant leur soutien au droit de la femme de choisir. Tous, sauf les conservateurs.

La députée du Bloc québécois Monique Pauzé a demandé mercredi le consentement unanime de la Chambre au sujet d’une motion en lien avec l’avortement. Elle se lisait comme suit: «Que la Chambre des communes réitère que le corps de la femme n'appartient qu'à elle seule et reconnaisse son libre choix en matière d'avortement pour quelque raison que ce soit».

Les députés libéraux, néodémocrates, bloquistes et verts ont tous applaudi la motion — certains se levant de leur siège — pour y apporter leur soutien. Or les conservateurs sont restés de marbre.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

C’est le cas notamment de la porte-parole de l’opposition officielle en matière de Condition féminine, Rachel Harder, dont la présence à un rassemblement antiavortement à Ottawa a récemment fait beaucoup réagir.

La position du chef conservateur Andrew Scheer en matière d’avortement a elle aussi été un sujet chaud dans les dernières semaines. «Ma réponse va toujours être la même chose. Le gouvernement conservateur, sous mon leadership, comme premier ministre, on ne va pas rouvrir ce débat, point final», a-t-il déclaré la semaine dernière lors d’une annonce en Montérégie.

Lors de la course à la direction du Parti conservateur, M. Scheer avait promis qu’il permettrait à ses députés de voter de façon non partisane si le sujet devait revenir de l’avant au cours de son mandat.