/opinion/columnists
Navigation

Quel âge a Catherine Dorion?

Coup d'oeil sur cet article

La députée de Québec solidaire Catherine Dorion a fait parler d’elle cette semaine encore pour des raisons non reliées à son comté, ses commettants ou son travail d’élue en chambre, ce qu’elle trouve ennuyeux.

Après avoir paradé en Doc Martens verts — très beaux — pour une séance de photos à l’Assemblée nationale, la députée Dorion nous a présenté mardi son « dessous de bras » non rasé via Twitter pour soutenir le mouvement Maipoils qui remet en question notre obsession avec la pilosité.

Mais voilà, l’épilation est un dossier de militante, pas de députée. Les priorités de l’État ne comprennent pas l’épilation, qui m’apparaît comme faisant partie des choses intimes.

Certains hommes aiment avoir un torse lisse et les femmes font un petit ou grand ménage « là », à temps pour les maillots. Est-ce vraiment une attaque contre leur liberté ? Non, mais la pression de se conformer existe.

La preuve ? Tapez « remove body hair » dans Google : 1 430 000 résultats vous sautent au visage.

Plusieurs questions

Certains hommes tolèrent mal le moindre duvet sur le corps de leur belle. Or, un corps féminin complètement épilé ressemble à un corps d’adolescente. Fantasme malsain ? Ce sont des questions qui doivent être posées.

Mais je comprends aussi les femmes qui refusent de se faire dire quoi faire de leur corps par des militantes anti-poils. Elles n’ont de leçons à prendre de personne. Leur corps, leurs choix...

L’épilation n’est pas une condition, mais une mode qui passera.

Catherine Dorion aime l’attention, mais je détecte quelque chose d’autre chez elle. À 36 ans, elle se comporte comme quelqu’un qui veut prolonger l’adolescence au-delà de toutes les limites connues. Elle refuse de devenir « ordinaire », « madame ». Elle veut rester cool. Jeune.

Et moi qui pensais que c’était une maladie de boomers.

Françoise, on s’ennuie. Amir Khadir, aussi. Qui l’eût cru ?