/sports/soccer/impact
Navigation

«Énorme coup dur»

Rémi Garde réagit à la perte d’Ignacio Piatti pour 8 à 12 semaines

Il est permis de se demander si on reverra un jour Ignacio Piatti dans le maillot de l’Impact.
Photo d’archives Il est permis de se demander si on reverra un jour Ignacio Piatti dans le maillot de l’Impact.

Coup d'oeil sur cet article

L’Orlando City SC s’amène au stade Saputo cet après-midi, mais dans le camp de l’Impact, on pensait surtout au grand absent de ce rendez-vous, Ignacio Piatti, qui sera sur la touche pour une période de 8 à 12 semaines en raison d’une blessure au genou droit.

« C’est difficile à accepter pour lui et pour l’équipe parce que c’est notre capitaine et ça restera toujours notre capitaine, a insisté Bacary Sagna. Il restera probablement le meilleur joueur de l’Impact. »

Sans être atterré, Rémi Garde n’était évidemment pas rayonnant de bonheur, vendredi matin.

« C’est un énorme coup dur. C’est une tuile dans notre jardin et ça continue. Qu’est-ce que vous voulez faire ?

« Le premier à qui je pense, c’est Nacho. Je l’ai vu tellement malheureux de ne pas pouvoir jouer, de sortir d’une blessure avec les efforts que ça demande et d’avoir un autre coup dur comme ça. »

Médecins dans le noir

Piatti a joué les trois premiers matchs de la saison et a raté les 10 suivants. Il est revenu pour deux rencontres avant de déclarer forfait une seconde fois.

Il faut réellement se demander si on le reverra un jour dans le maillot de l’Impact, surtout qu’il s’agit de la dernière année de son contrat. Il détient une option pour 2020, mais il a déjà laissé entendre qu’il songe à retourner en Argentine.

Qui plus est, même s’il y a un échéancier à son absence, celui-ci est appelé à changer et n’inclut pas la période de remise en forme.

« Les médecins ne peuvent pas répondre précisément, ça dépend de la vitesse de cicatrisation de la blessure, a avancé Rémi Garde. C’est une fourchette.

« Si on parle de deux mois, à mon avis, c’est deux mois avant de reprendre l’entraînement. Mais j’espère me tromper. »

Autrement dit, dans le meilleur des cas, le vétéran de 34 ans reviendra vers la fin d’août, mais ça pourrait aussi être la fin de septembre.

Vivre sans

L’Impact doit donc commencer à songer à l’après-Piatti dès maintenant, mais Rémi Garde ne veut pas aller trop vite.

« On approche la suite comme les 10 précédents matchs qu’on a joués sans Nacho. On n’a pas trop mal fait sans lui jusqu’à maintenant.

« Il faut se hâter, mais lentement et avec beaucoup d’analyse. Il y a l’analyse sportive et l’analyse financière qui doivent se croiser et trouver un objectif commun. »

Et comme on sait que les ressources financières sont limitées chez le Bleu-blanc-noir, on ne peut pas forcément s’attendre à voir l’équipe mettre des bâtons de dynamite sur la porte du coffre-fort. Garde est en tout cas resté très prudent.

« C’est un dossier sportif et financier, ce n’est pas tout à fait de mon ressort de vous donner cette réponse. Nacho est un joueur important de l’équipe, mais l’équipe est aussi importante au cœur d’une série de trois matchs. On n’a pas encore pris de décision au lendemain du diagnostic. »

À court terme

En attendant la fenêtre de transferts estivale qui s’ouvrira le 7 juillet, Garde doit trouver un joueur pour prendre la place de sa vedette dans le couloir gauche.

Mathieu Choinière ratera à tout le moins le match d’aujourd’hui puisqu’il doit suivre le protocole pour une commotion cérébrale à la suite d’un violent contact aérien avec Justen Glad, mercredi soir.

Orji Okwonkwo est quant à lui toujours blessé. Ne reste donc que Harry Novillo.

Le Français, qui revient d’une blessure, a marqué un but cette saison, mais il n’a encore rien cassé et n’a rien fait pour faire oublier sa mésaventure de passeport égaré qui lui avait fait rater le match à Kansas City.

« Harry est arrivé avec l’ambition de faire des choses et j’avais l’ambition pour l’équipe qu’il puisse nous rendre service, a soutenu Garde. Pour l’instant, on n’est pas tout à fait en phase avec ces attentes. »