/opinion/columnists
Navigation

Qui gouverne à Québec?

Qui gouverne à Québec?
Photo d’archives, Maxime Deland

Coup d'oeil sur cet article

Depuis l’arrivée au pouvoir de la CAQ, les partis d’opposition, en particulier QS et le PLQ, manifestent une sorte de désinvolture face au gouvernement Legault.

QS, la deuxième opposition, agit comme si elle était la première et le Parti libéral, toujours humilié par sa défaite, perpétue pourtant son arrogance légendaire.

Dans les discussions autour de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse lancée hier, les partis d’opposition ont tenté d’imposer leur vision au gouvernement Legault, se comportant sans égard au fait que François Legault dirige un gouvernement majoritaire avec toute légitimité pour prendre des décisions.

QS et le PLQ donnent à penser que le Québec vit en coalition parlementaire. Ainsi les nominations, disent-ils, qui relèvent du gouvernement devraient être le résultat d’un consensus entre les partis.

Diktat

Bien sûr, François Legault doit tenir compte de l’avis de l’opposition, mais en aucune façon il ne doit le recevoir comme un diktat.

Hier, donc, le PLQ, QS et le PQ étaient présents lors du lancement de cette commission sur les droits des enfants après avoir menacé de s’abstenir si François Legault ne cédait pas à certaines propositions de leur part. Mais l’absence de QS et du PLQ – le PQ, lui, appuyait le gouvernement – aurait été un suicide politique pour eux, compte tenu de la tragédie qui l’a justifiée.

Depuis l’élection de la CAQ, il existe à l’Assemblée nationale une atmosphère particulière. Le PLQ a tendance à traiter les élus caquistes avec une forme de condescendance. Les libéraux en fait se croient encore les dépositaires naturels du pouvoir face aux « amateurs » qui constituent la majorité. À l’exception de François Legault.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Les libéraux ont aussi du mal à accepter la légitimité du pouvoir du premier ministre. Dans le débat sur la loi sur la laïcité, cela est particulièrement perceptible. Quant aux élus de Québec solidaire, ils persistent à vivre dans une bulle euphorisante et la députée Catherine Dorion, qui tutoie François Legault sur les réseaux sociaux, leur sert d’égérie.

Rôle parlementaire

L’opposition parlementaire est garante du fonctionnement démocratique. Son rôle est non seulement essentiel mais précieux. Et parfois, lorsque les partis réussissent à s’élever au-dessus de leurs intérêts partisans dans l’intérêt de la nation, il arrive que l’unanimité se fasse. Ce fut le cas lors de l’adoption de la loi sur la fin de vie. Mais ces moments sont rares.

Le premier ministre Legault commande le respect. Il a l’appui d’une majorité qui s’est exprimée en octobre dernier. Et sa popularité actuelle est plus grande que celle de tous les premiers ministres du Canada, y compris bien sûr Justin Trudeau.

À ce jour, il fait preuve de sensibilité, de modération, de courage et de compétence pour gouverner. Ses décisions peuvent être contestées, critiquées, mais aucun adversaire ne peut le délégitimer. Il incarne l’autorité de l’État québécois. Il exerce le pouvoir. Ceux qui souhaiteraient être à sa place doivent patienter. Et surtout collaborer et tenter d’éviter la politicaillerie et la partisanerie de bas étage qui éloignent les citoyens de la démocratie institutionnelle.