/world/middleeast
Navigation

Sommet islamique: Ryad maintient la pression sur l’Iran

Coup d'oeil sur cet article

LA MECQUE | L’Arabie saoudite a maintenu samedi la pression sur Téhéran en avertissant que des attaques «terroristes» attribuées à l’Iran pourraient affecter l’approvisionnement en pétrole du marché mondial.

Ce scénario a été évoqué par le roi Salmane à l’ouverture du sommet islamique à La Mecque. La rencontre a suivi deux autres sommets vendredi dans la ville sainte pendant lesquels Ryad a reçu un soutien quasi unanime de ses partenaires arabes contre l’Iran, son grand rival chiite, accusé de déstabiliser la région.

Le sommet de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) qui comprend 57 pays réunissant 1,5 milliard de musulmans, s’est tenu en l’absence des présidents turc et iranien.

«Il est regrettable de voir le terrorisme frapper notre région une nouvelle fois», a déclaré le souverain saoudien devant les délégations du 14e sommet de l’organisation panislamique, qui fête cette année son 50e anniversaire.

«Ce mois-ci, quatre navires, dont deux pétroliers saoudiens, ont fait l’objet d’actes de sabotage terroristes dans les eaux territoriales des Émirats arabes unis», a-t-il rappelé.

«Il s’agit d’une grave menace à la sécurité de la navigation internationale et à celle de la région et du monde», a ajouté le roi Salmane.

Il a également évoqué une attaque de drones menée par les «milices terroristes soutenues par l’Iran», en référence aux rebelles Houthis du Yémen, contre des stations de pompage d’un oléoduc saoudien.

«Ces actes terroristes ne visent pas seulement l’Arabie saoudite et la région du Golfe, mais également la sécurité de la navigation et l’approvisionnement du marché mondial en pétrole», a encore dit le souverain saoudien.

Faire face

Dans un tweet peu avant l’ouverture du sommet, le roi Salmane a affirmé l’intention des pays de l’OCI de «faire face avec fermeté aux menaces et aux actes de sabotage pour qu’ils ne gênent pas le développement de nos nations et de nos sociétés».

En réponse aux sommets du club des six monarchies arabes du Golfe (CCG) et de la Ligue arabe tenus vendredi, l’Iran a accusé l’Arabie saoudite de «semer la division dans la région».

Le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes, Abbas Moussavi, a accusé Ryad de «continuer de semer la division entre les pays musulmans et dans la région, ce qui est le souhait du régime sioniste (Israël, NDLR)».

«Nous voyons dans les tentatives de l’Arabie saoudite de mobiliser les pays voisins et arabes contre l’Iran le prolongement des tentatives futiles de l’Amérique et du régime sioniste», a-t-il ajouté.

Les sommets de La Mecque organisés à la fin du mois sacré de jeûne musulman du ramadan surviennent en pleines tensions dans la région exacerbées par les invectives entre Téhéran et Washington.

Les États-Unis ont en outre envoyé des renforts militaires dans la région, en évoquant des «menaces» iraniennes.

Les relations entre Washington et Téhéran, des ennemis jurés, sont au plus bas depuis le retrait unilatéral en 2018 de l’administration de Donald Trump de l’accord international sur le nucléaire iranien.

Washington a ensuite renforcé les sanctions économiques contre Téhéran et inscrit les Gardiens de la Révolution, armée idéologique du régime iranien, sur sa liste noire d’«organisations terroristes».

Le président turc absent

Au sommet islamique, l’Iran a été représenté par une délégation de bas niveau, composée de représentants du ministère des Affaires étrangères.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, dont le pays est en froid avec l’Arabie saoudite en raison du meurtre à Istanbul du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, n’assistait pas au sommet islamique qui s’est ouvert samedi avant l’aube à La Mecque, a rapporté un journaliste de l’AFP.

La délégation de la Turquie, un poids lourd de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), à ce sommet était conduite par le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

L’opposant saoudien Jamal Khashoggi, qui collaborait au Washington Post, a été assassiné en octobre 2018 au consulat de son pays à Istanbul par des agents venus de Ryad. Son meurtre a suscité un tollé dans le monde et fortement terni l’image du royaume et de son prince héritier Mohammed ben Salmane que des responsables turcs et américains ont désigné comme responsable.

Les autorités saoudiennes ont nié que le prince Mohammed, surnommé MBS, ait été impliqué dans le meurtre, attribué par Ryad à des éléments «incontrôlés» du régime.