/opinion/columnists
Navigation

Buvons le calice jusqu’à la lie

Manifestation contre le projet de loi sur la laïcité le 5 mai dernier au palais de justice de Montréal.
Photo d’archives Manifestation contre le projet de loi sur la laïcité le 5 mai dernier au palais de justice de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début du débat sur le projet de loi 21 sur la laïcité, on croyait que la majorité des Québécois favorable à la loi avait été suffisamment accablée. Au Canada anglais et par les opposants au Québec, qu’ils soient anglophones, allophones, QS, libéraux, syndicalistes et autres.

Mais non. Voilà qu’un texte camouflé en argumentaire intello-progressiste paru hier dans Le Devoir et signé Azim Hussain annonce la fin du français si le projet de loi est adopté. Aux yeux de cet avocat, la CAQ, imbue d’idéologie ethnique, « introduit en rafale trois projets de loi qui ciblent les immigrants : le projet de loi annulant les demandes pendantes pour l’immigration, le projet de loi annulant le régime intégral des permis de taxis, et le projet de loi sur la laïcité ».

La CAQ serait donc en train de mettre en péril le projet linguistique, car on comprend que l’adoption de ceux-ci repoussera les immigrants, et en particulier les musulmans, dans les bras du Canada anglophone.

Peur

Or, nous savons que nombre de musulmans résidant au Québec, originaires d’Afrique du Nord, appuient le projet de loi 21. Quelques-uns osent même le défendre publiquement, mais la plupart se taisent. Sans doute par peur de représailles personnelles et parce qu’ayant quitté leurs pays pour une liberté et une égalité des sexes dont ils rêvaient pour eux et leurs enfants, ils connaissent bien leurs coreligionnaires. Surtout les fondamentalistes immigrés au Québec et qui s’activent dans l’ombre de chartes des droits.

Il faut donc que la majorité québécoise se blinde contre ces menaces à peine voilées qui laissent à penser que la punition pour nos velléités laïques sera de devenir à moyen ou long terme minoritaires linguistiques au Québec même.

L’on comprend que notre marge de manœuvre pour affirmer quelque distinction que ce soit est plus que ténue. Le débat sur la laïcité ne devrait donc pas exister aux yeux de tous ces adversaires qui ne reculent devant aucune outrance, aucune menace, aucun chantage.

Profil bas

Les Québécois seraient donc appréciés lorsqu’ils font profil bas, qu’ils n’ont d’autres exigences que le fait qu’on s’adresse à eux en français, qu’on apprécie leur côté bonasse et qu’ils mettent leur affirmation collective sous le boisseau devant les revendications des minorités diverses.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

L’avocat Azim Hussain écrit : « Et donc, si la majorité a rejeté le volet religieux de son identité, il faudrait que les minorités fassent la même chose. » Comprenez qu’il veut dire une majorité blanche et catholique. Il rappelle que M. Legault, lors d’une visite en France, avait déclaré que le Québec avait besoin d’immigrants européens sans mettre l’accent sur l’immigration francophone. D’où il conclut que François Legault ne souhaite plus ouvrir le Québec aux musulmans. Ce procès d’intention inacceptable, intolérable est québécophobe.

Qui aurait pu s’attendre à ce que cette volonté d’appliquer une laïcité modérée dans nos institutions québécoises suscite pareil déferlement de ce qui ressemble à du mépris ? Ne croyait-on pas avoir tout entendu lors des référendums sur la souveraineté ?