/finance/opinion/columnists
Navigation

Legault, Caire et Dubé dans les nuages

Legault, Caire et Dubé  dans les nuages
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le 4 février dernier, le gouvernement Legault annonçait que d’ici trois ans, il allait confier à l’entreprise privée quelque 80 % de toutes les données informatiques actuellement stockées dans l’appareil gouvernemental.  

Par cette mesure, François Legault et ses deux hommes clés du dossier de l’informatique gouvernementale, soit Éric Caire (ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale) et Christian Dubé (ministre de l’Administration gouvernementale) croient avoir trouvé la recette pour mettre de l’ordre dans le fameux bordel informatique qui sévit depuis plusieurs années au gouvernement du Québec.  

  • ÉCOUTEZ la chronique de Michel Girard à Dutrizac de 6 à 9 sur QUB radio:

D’entrée de jeu, je vous dis tout de suite ce que j’en pense : ça n’a aucun bon sens de confier au secteur privé le stockage des données informatiques (remplies de données personnelles) que le gouvernement du Québec a compilées au fil des décennies.  

Les Amazon et cie  

Confier au secteur privé l’hébergement des données gouvernementales représente évidemment une mine d’or pour les géants de l’infonuagique (cloud computing), tels IBM, Amazon, Microsoft, Google ou autres multinationales du merveilleux monde de l’internet. Ce sont eux, les géants de l’informatique, qui ont les moyens de répondre aux appels d’offres en cette matière.  

Pour vous montrer à quel point c’est financièrement intéressant, Le Journal rapportait cette semaine que la multinationale Amazon faisait preuve d’originalité pour tenter de mettre le grappin sur l’hébergement des données québécoises. Par l’entremise de sa filiale Amazon Web Services (AWS), la multinationale américaine de Jeff Bezos offre des cours gratuits aux fonctionnaires québécois.  

Il s’agit d’une formation de deux jours qui porte sur le programme DigiGov, lequel programme d’Amazon permettra aux fonctionnaires québécois de se familiariser avec l’informatique en nuage (infonuagique), c’est-à-dire le cloud.  

Heureux hasard, cette offre de cours gratuits aux employés de l’État survient au moment même où les lobbyistes d’Amazon tentent de décrocher des contrats publics d’hébergement de données gouvernementales.  

Éric Caire, ci-devant ministre responsable du dossier de la transformation numérique, n’y voit aucun problème. Et il se permet même de défendre Amazon en disant : « Ce n’est pas du lobbyisme caché. »  

Pas fort !   

Heureusement, le président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), Christian Daigle, n’est pas du même avis que le ministre, et cela l’a mis en furie de voir Amazon courtiser les fonctionnaires de la sorte.  

Autre nouvelle rassurante : le Commissaire au lobbyisme à Québec suivrait, lui, le dossier de près.  

Danger  

La question primordiale à se poser : est-ce pertinent de confier à des multinationales étrangères ses données gouvernementales ?  

À mon avis, non ! Je trouve cela extrêmement dangereux de céder l’hébergement de nos données gouvernementales (et personnelles) non seulement à des sociétés du secteur privé, mais en plus à des sociétés étrangères.  

Ça ne me rassure aucunement de voir Big Brother détenir nos données gouvernementales.  

Alors que le gouvernement Legault et tous les partis d’opposition refusent (avec raison) de confier au gouvernement fédéral le traitement de nos déclarations d’impôt provincial, où est la logique de stocker les données gouvernementales du Québec entre les mains des multinationales étrangères ?  

Ça ne prend pas un doctorat en « souveraineté » pour comprendre qu’il est important de conserver le contrôle total sur ses données gouvernementales.  

Que le gouvernement Legault fasse affaire avec le secteur privé et les géants de l’informatique pour « cybersécuriser » au maximum ses centres de données, c’est défendable. Mais leur en céder le contrôle, c’est non.