/sports/racing
Navigation

Encore du temps pour se racheter

Le pilote montréalais Lance Stroll annonce des jours meilleurs chez Racing Point

Au volant de sa Racing Point, Lance Stroll a accumulé seulement quatre points en six épreuves depuis le début de la saison.
Photo d’archives Au volant de sa Racing Point, Lance Stroll a accumulé seulement quatre points en six épreuves depuis le début de la saison.

Coup d'oeil sur cet article

En début de saison, Lance Stroll se disait particulièrement emballé d’avoir été recruté par Racing Point, l’ex-écurie Force India rachetée l’été dernier par un groupe de partenaires dirigé par son père Lawrence.

Le pilote québécois a connu une deuxième saison de misère chez Williams en 2018, ne récoltant que six points au terme des 21 épreuves inscrites au calendrier de Formule 1.

Un an plus tôt, il en avait obtenu 40, non sans avoir accédé à la troisième marche du podium à l’issue du Grand Prix d’Azerbaïdjan à Bakou. Une performance qu’il n’a jamais pu égaler par la suite.

Stroll ne s’est donc pas fait prier pour quitter son ancien employeur, pourtant l’une des écuries de pointe du plateau il y a quelques années, pour participer à la nouvelle aventure de papa.

C’était d’ailleurs le secret le moins bien gardé en F1. On savait que le pilote montréalais allait occuper l’un des baquets de l’écurie de son père en 2019 dès que la transaction a été officialisée.

Des résultats décevants

« Je ne vous cacherai pas que je suis très heureux de mon sort, avait-il indiqué en entrevue au Journal quelques jours avant le début de la saison, en mars. Ça ne peut être pire en 2019.

« Notre organisation a de grandes ambitions et je veux contribuer à ses succès. »

Or, force est de constater que les résultats de Stroll ne sont guère plus reluisants cette année au sein de l’écurie Racing Point.

Son bilan des six premières épreuves de la saison est comparable à celui de 2018. Sa récolte de points (quatre) est d’ailleurs la même qu’à pareille date l’an dernier.

« Sur papier, reconnaît-il, il est vrai que ma fiche ne s’est pas améliorée comparativement à l’année dernière. Mais au-delà des chiffres, je suis confiant pour le reste du championnat.

« Cette équipe a prouvé dans le passé qu’elle avait beaucoup de potentiel et une main-d’œuvre très qualifiée.

« La saison est un marathon. On va progresser pour améliorer notre sort. Je ne suis pas inquiet, car les fondations de cette équipe sont solides. »

La meilleure des autres

À deux reprises, en 2016 et en 2017, l’ex-écurie Force India a été la meilleure des... autres, en terminant quatrième derrière les trois puissances du plateau, Mercedes, Ferrari et Red Bull.

L’an dernier, elle a toutefois chuté au septième rang au classement final des constructeurs.

« L’équipe a connu une mauvaise saison en 2018 en raison de sa situation financière précaire, explique Stroll. Maintenant, elle peut entrevoir des jours meilleurs.

« À seulement deux reprises (9e rang en Australie et en Azerbaïdjan), j’ai terminé mes courses dans les points cette année, ajoute-t-il, mais deux autres fois tout au moins, je suis venu très près de terminer dans le top 10.

« Ça nous fait réaliser combien la lutte est intense en milieu de peloton, enchaîne Stroll. C’est bon pour la F1, c’est bon aussi pour les amateurs. De notre côté, nous sommes très motivés à vouloir les battre. »

Cinquième au tableau des constructeurs, Racing Point a accumulé 17 points en 2019. La menace est toutefois sérieuse derrière avec Haas (16 points), Toro Rosso (16), Renault (14) et Alfa Romeo (13).

Dixième et dernière au classement, l’écurie Williams est toujours à la recherche de son premier point.

L’un de ses pilotes, le Britannique George Russell, à sa première saison en F1, a cependant réussi à devancer Stroll au récent Grand Prix de Monaco.

Dur en qualifications

Stroll en arrache en qualifications. Il n’a pas réussi à franchir le premier (Q1) des trois segments lors des 10 derniers Grands Prix auxquels il a participé.

« Je sais très bien que je dois améliorer cette situation, dit-il. Mais les écarts sont tellement minimes. Un petit dixième de seconde peut faire la différence.

« Dans plusieurs cas, j’ai été gêné par la circulation, à Melbourne et à Bakou particulièrement. »

L’Écurie Racing Point en 2019

Pilote Australie Bahreïn Chine Azerbaïdjan Espagne Monaco
LANCE STROLL            
Qualifications 16e 18e 16e 16e 17e 18e
Course 9e 14e 12e 9e Abandon 16e
             
SERGIO PÉREZ            
Qualifications 10e 14e 12e  5e 15e 17e
Course 13e 10e  8e  6e 15e 12e

 Après 6 courses

LANCE STROLL | 16e au championnat avec 4 points

Sergio Pérez | 9e au championnat avec 13 points


Une voiture remaniée en Allemagne ?

L’écurie Racing Point n’a pas réussi, depuis le début de la saison, à faire progresser ses voitures au même rythme que la plupart des autres équipes du plateau.

Les résultats de Lance Stroll et de Sergio Pérez le prouvent hors de tout doute. Les deux pilotes de l’équipe ont été incapables d’inscrire des points au cours des dernières épreuves disputées à Barcelone et à Monaco.

Selon le directeur principal de l’écurie, des changements importants sont prévus pour la fin de juillet, à l’occasion du Grand Prix d’Allemagne.

« Il s’agit d’une évolution importante de notre monoplace », a fait savoir Szafnauer, en entrevue au site spécialisé Autosport.

À Barcelone

Racing Point s’est présentée à Barcelone avec un nouvel ensemble aérodynamique qui n’a pas amélioré les performances des voitures. Il faut donc trouver une solution pour les rendre plus compétitives.

« Ce n’est pas une démarche risquée, a fait savoir Szafnauer. Je pense d’ailleurs que nous ne sommes pas les seuls à faire de même. Beaucoup d’équipes veulent aussi améliorer leur sort et il n’est jamais trop tard pour le faire. »

Lewis Hamilton se voit courir encore cinq ans

Lewis Hamilton, Quintuple champion
Photo AFP
Lewis Hamilton, Quintuple champion

Sa motivation est intacte, même s’il n’a plus rien à prouver en F1.

Lewis Hamilton a clairement signifié ses intentions de courir pendant cinq ans encore, avec l’objectif clair, on s’imagine, de battre des records qui, pour la plupart, appartiennent à Michael Schumacher.

Titré à cinq reprises, le Britannique n’est qu’à deux de la marque absolue de sept championnats du monde détenue par la légende allemande.

« Michael a pris sa retraite à 38 ans. J’en ai 33, a-t-il affirmé. Dans mon esprit, je peux clairement faire cinq ans. Je suis déterminé à gagner encore. Je n’ai pas perdu le feu sacré, ce qui n’est peut-être pas le cas de certains de mes adversaires actuellement. »

Hamilton a fait cette déclaration lors de sa récente participation à l’émission My Next Guest Needs No Introduction with David Letterman (Mon prochain invité n’a pas besoin de présentation avec David Letterman), laquelle est animée par Letterman, lui-même grand passionné de sport automobile.